Belgique L'ancienne présidente du Sénat avait l'objet d'une polémique lorsqu'on avait appris que les instances internes du parti devraient examiner une éventuelle candidature de sa part afin de l'autoriser.

Pour rappel, le "problème" la concernant venait du fait qu'elle ne siège pas au "comité général" du MR, un organe désuet composé notamment des parlementaires libéraux. Or, depuis la fin de la dernière législature, Christine Defraigne n'est plus "que" première échevine de la Ville de Liège.

La semaine dernière, malgré cette incertitude, Christine Defraigne avait annoncé dans La Libre qu'elle avait déposé sa candidature.

Il restait au Conseil de parti, réuni ce lundi matin, à approuver ou non son nom. Et c'est donc ce qui a eu lieu : la Liégeoise qui veut incarner l'aile progressiste du MR pourra participer aux élections internes face à Denis Ducarme, Georges-Louis Bouchez, Philippe Goffin et Clémentine Barzin. Cinq concurrents au total, donc.

Deux militants (Michel Heremans et Michel Sanishvili) avaient également déposé leur candidature mais leur dossier n'a pas été retenu ce lundi matin, comme on pouvait s'y attendre.

Le MR envisage déjà un second tour

Les membres du MR sont appelés à se prononcer par courrier, à l’aide d’un bulletin de vote qui sera envoyé par voie postale du 21 au 23 octobre. Le dépouillement aura lieu le 12 novembre. Si un second tour doit être organisé (ce sera très probablement le cas), le dépouillement aura lieu le vendredi 29 novembre après-midi au siège du MR.

Un débat réunissant les cinq candidats et auquel tous les membres sont invités aura lieu le mercredi 23 octobre à Namur-Expo, à l’initiative des Jeunes et des Seniors MR.