Georges-Louis Bouchez a-t-il fait payer certaines de ses factures de sa campagne interne au MR par le parti ? Deux de ses challengers de 2019 à l’élection interne, Denis Ducarme et Christine Defraigne, envisagent de saisir le comité de conciliation et d’arbitrage du MR pour avoir la clarté sur le sujet. “Si cela est vrai, cela poste une question sur l’équité et la neutralité de cette élection. Mais je garde le conditionnel et refuse de condamner a priori”, pose Denis Ducarme, député MR qui analyse actuellement l’ensemble des pièces à sa disposition avant de prendre une décision.

Dans les documents mentionnés par La Nouvelle Gazette et que la DH a pu consulter, il est question d’une facture de 819€ pour une brochure de campagne ainsi que 300€ pour une location de salle. Ces montants ont été payés après l’élection du Montois à la présidence du MR par l’asbl GAL, Gestion et action libérale, qui dépend du MR et gère les finances du parti.

Du côté du MR, on assure que Georges-Louis Bouchez a remboursé le GAL par la suite. Il assure disposer d’une ligne budgétaire, autrement dit un compte courant, qui doit s’équilibrer sur l’ensemble de l’exercice comptable. Le président du MR assure remettre toutes ses factures au parti tandis qu'au final, la balance des comptes est réalisée. Il s’en tient à la déclaration faite au quotidien. Il expliquait ainsi “avoir confié 100 % de (sa) gestion administrative et perso, de ma déclaration de patrimoine au parti. Ainsi, je suis sûr que les règles sont respectées, ils sont au courant de tout, je fais preuve de transparence totale. Ces éléments ont été soustraits de mon salaire ensuite. S’il faut montrer des déductions, je n’ai pas de souci, cela fait l’objet d’une balance.”

"Avoir la clarté afin de savoir s’il y avait une égalité juridique entre les candidats"

Le président du MR, ce mardi, estimait faire l’objet d’une cabale et assurait qu’il s’agissait d’un non-sujet. Denis Ducarme et Christine Defraigne refusent toutefois de prendre son explication pour argent comptant. La Liégeoise prévoit de se joindre à la demande de Denis Ducarme si celle-ci est formulée. “Je souhaite avoir la clarté afin de savoir s’il y avait une égalité juridique entre les candidats, car nous appartenons à un parti qui prétend défendre l’état de droit”, nous indique Christine Defraigne. “Je n’accuse pas mais je demande à y voir clair. C’est une demande de renseignement.”

Les deux candidats pointent du doigt le fait que, si les faits sont avérés, l'actuel président du MR aurait bénéficié d'un traitement de faveur de son parti en obtenant des avances financières pour sa campagne, à l'inverse des autres candidats. Ces sorties interviennent le lendemain d'un réunion de bureau MR lors de laquelle plusieurs élus, dont Denis Ducarme, ont mené une fronde contre Georges-Louis Bouchez.