Le roi a chargé les présidents de la Chambre et du Sénat d'une mission de médiation pour relancer les négociations. Plus aucun entretien n'est prévu samedi soir avec le roi et il en est de même pour demain, a-t-on appris au palais royal

Joëlle Milquet : "un signe positif"

L'échec vu par les journaux flamands

Politic Twist : le blog décalé sur la politique


BRUXELLES Le Roi a reçu en audience ce soir au Château de Laeken les Présidents de la Chambre et du Sénat et les a chargés d'une mission de médiation pour relancer les négociations en vue de la formation du gouvernement. Ceci est nécessaire pour préserver le bien-être économique et social des citoyens et pour réformer durablement nos institutions.

Plus aucun entretien n'est prévu samedi soir avec le roi et il en est de même pour demain, a-t-on appris au palais royal. Par ailleurs, les présidents de la Chambre et du Sénat, contactés samedi soir, n'ont encore fait aucun commentaire sur la façon dont ils conduiront leur mission.

Par ailleurs, le Roi a accepté la demande de Monsieur Elio DI RUPO d'être déchargé de sa mission de Pré-formateur.

Plus tôt dans la soirée, les présidents de la Chambre André Flahaut et du Sénat Danny Pieters ont été reçus samedi vers 20 heures par le roi au château de Laeken, ont constaté les journalistes présents devant la grille du château. L'arrivée des deux présidents a causé quelque surprise puisque l'on s'attendait à ce que le roi conclue ses entretiens de la journée avec le président de la N-VA Bart De Wever, qu'il a reçu juste avant MM. Flahaut et Pieters.

Tout au long de la journée, les présidents des partis actuellement concernés par les négociations s'étaient succédé pour être reçu par le roi. Vendredi déjà, le chef de file du CD&V Wouter Beke avait ouvert le ban. Samedi, le roi a alors reçu dans l'ordre Joëlle Milquet (cdH), Caroline Gennez (sp.a), Jean-Michel Javaux (Ecolo), Wouter Van Besien (Groen!) et Bart De Wever (N-VA).

Les commentaires ont été très rares à l'issue de ces entrevues. Jean-Michel Javaux a toutefois évoqué la possibilité de désormais confier la responsabilité des négociations à M. De Wever et Caroline Gennez a retretté l'attitude de la N-VA et loué le travail accompli comme préformateur par Elio Di Rupo.

Pour sa part, le président du FDF Olivier Maingain a estimé que la manière dont s'étaient engagées les nagociations ne pouvaient que mener à l'échec. Il souhaite également une réunion de tous les partis francophones.

© La Dernière Heure 2010