L'informateur royal Paul Magnette a été prolongé dans sa fonction jusqu'au 25 novembre, date à laquelle il fera un nouveau rapport au Roi, a indiqué ce lundi le Palais royal à l'issue d'un entretien entre le chef de l'Etat et le chargé de mission. Lors de cette rencontre, M. Magnette a exposé au souverain "le travail accompli" et lui a présenté "les pistes de solutions qui se dégagent", a-t-il expliqué sur Twitter.

Paul Magnette a tenu par la suite une conférence de presse où il a détaillé la suite de sa mission et de ses objectifs.

Ses principales déclarations:

- "Le roi m'a demandé de présenter un nouveau rapport le 25 novembre. J'ai accepté cette mission"

- "Un vrai dialogue a commencé à se construire"

-"J'ai rencontré les dix partis et aucun n'est exclu de monter dans l'équipe gouvernementale"

-"Ça nécessite un peu de courage politique de sortir de sa zone de confort"

-"Il faut établir des objectifs une fois que l'on est d'accord sur le constat. Il est toujours plus difficile de traduire ces objectifs en mesures politiques concrètes et efficaces"

"L'augmentation du taux d'emploi fait l'objet d'un consensus. On commence à dégager quelques pistes"

-"Stabiliser notre dette et rétablir progressivement les finances publiques sont des conditions indispensables si nous voulons garantir l'avenir des services publics et de la sécurité sociale à long terme. Cette préoccupation est partagée par l'ensemble des partis politiques".

-"Il faut voir comment concilier les objectifs. Comment augmenter le pouvoir d'achat et rendre notre économie plus verte. Nous travaillons à trouver un consensus".

-"Je constate aussi une large adhésion à la ligne de conduite qui consiste à faire passer les besoins des citoyens et du pays avant les partis et leurs stratégies"

-"Je vais dès demain procéder à des consultations avec les partenaires sociaux et les associations. Les ambitions politiques doivent convenir avec les forces vives de la société"

-"Nous avons trouvé le terrain, il faut désormais construire les fondations, briques par briques, pour que nous puissions tenter par la suite de construire l'ensemble de l'édifice"

-"Il faudra refinancer la Justice et la Police. C'est même l'un des chapitres les plus longs de la note"

-"Je n'évite pas les sujets qui fâchent, puisque les sujets abordés sont ceux envoyés par les différents partis. Mais j'ai essayé de trouvé le périmètre avec les priorités. Personne ne l'a remis en cause pour le moment. Ça avance, pas à pas. C'est tout le travail de rapprocher les points de vue. Nous verrons la semaine prochaine si la mission est prolongée ou non"

-"J'aime bien cette phrase de Winston Churchill qui dit 'Le pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, l'optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté'. Je veux sans hésitation être optimiste".

-"La modernisation de l'Etat est un chapitre sans tabou. Régionaliser des compétences, refédéraliser certaines compétences, trouver d'autres réformes (...), toutes ces questions sont examinées, et pas seulement les questions communautaires"


Rechercher les convergences

Pour rappel, le roi Philippe avait désigné le 5 novembre dernier le président du PS pour mener un nouveau tour d'information en vue de former un gouvernement fédéral après l'échec des préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA).

Le socialiste a pris sa mission en étendant la liste des partis consultés. Les informateurs précédents, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), avaient progressivement réduit leurs discussions à six partis (socialistes, libéraux, CD&V et N-VA). Les préformateurs avaient consulté les écologistes en plus des six partis. M. Magnette a quant lui entretenu des contacts avec dix partis, c'est-à-dire avec DéFI et surtout le cdH en plus.

L'informateur essaie de trouver des convergences entre les différentes formations politiques sur un nombre restreint de thèmes, en essayant d'abord d'identifier des objectifs communs - lundi dernier, il a cité le relèvement du taux d'emploi - et les moyens pour y parvenir. Dans ce contexte, l'institutionnel n'est pas un thème en soi mais il est présent de manière "transversale".

© BELGA
© BELGA