Objectif: dénoncer l'absence de gouvernement et la perspective d'une coalition Vivaldi "anti-démocratique et anti-flamande". "Si la rue de la loi bloque la Flandre, nous allons bloquer la rue de la Loi", a justifié la formation d'extrême droite.

Plusieurs élus du Belang ont été retenus préventivement par la police aux environs du Palais Royal. Une dizaine de véhicules est toutefois passée, drapeaux de la Flandre au vent, à travers les mailles du dispositif policier avant de rejoindre la rue de la Loi.

Le député européen du parti, Gerolf Annemans a été interpellé par la police au moment de l'action devant le parlement.