A les entendre, il s'agit d'un accord équilibré qui fait la synthèse entre les aspirations des sept partis politiques de la coalition Vivaldi. "Tout le monde cherche toujours quelle est la touche des uns ou des autres dans un accord. Ce qui compte ici, c'est l'équilibre atteint entre les éléments de tous les partis", a fait remarquer le président du CD&V, Joachim Coens.

"C'est un accord équilibré, ce n'était pas simple car il y avait sept partis autour de la table. Il y a des éléments de développement durable, des éléments sociaux et des éléments de développement économique. C'est un accord assez équilibré pour faire face aux défis de notre pays", a commenté pour sa part le président du MR, Georges-Louis Bouchez.

Le libéral francophone met aussi en avant les mesures qui seront prises en faveur de la sécurité ou d'une politique de retour des personnes en séjour irrégulier. Il insiste également sur l'absence de taxe nouvelle sur la classe moyenne et les travailleurs, même s'il reconnaît que les "personnes qui ont les plus grandes capacités contributives seront sollicitées pour des objectifs de santé publique, mais de façon très limitée".

"C'est un accord fort. Maintenant, au boulot. Ce gouvernement va investir dans le pouvoir d'achat, les pensions, la santé", a résumé le président du sp.a, Conner Rousseau.

"C'est un accord qui donne un nouvel élan, un avenir à la Belgique avec, en son coeur, la transition écologique et solidaire", a lancé la co-présidente d'Ecolo, Rajae Maouane.

Les présidents de parti doivent se revoir à midi pour achever les discussions sur la répartition des compétences. Une conférence de presse devrait suivre. En attendant, les co-formateurs Alexander De Croo (Open Vld) et Paul Magnette (PS) seront revenus du Palais royal. Ils feront une déclaration à 11h.