Nouveau rebondissement dans l’univers du business liégeois. François Fornieri (cofondateur, ex-CEO et actionnaire principal de Mithra), Lucien D'Onofrio (directeur sportif de l'Antwerp FC) et Samuel Di Giovanni (patron de la société de gardiennage Protection Unit) ont été interpellés à leur domicile mercredi matin, selon les informations du Vif. Ils sont actuellement auditionnés comme suspects avec privation de liberté dans un dossier concernant des achats douteux, fin 2018 et début 2019, d'actions de la société pharmaceutique cotée Mithra. François Fornieri et Samuel Di Giovanni sont inculpés mais libérés sous conditions, apprend-on en fin de journée ce mercredi. Ils doivent donc éviter tout contact avec les autres personnes impliquées, répondre à toutes les convocations et ne pas s'exprimer dans la presse. Lucien D'Onofrio a pour sa part été remis en liberté sans être inculpé pour le moment.

Potentiel délit d'initié

Pour rappel, le cofondateur de Mithra, François Fornieri, était visé par une enquête fin 2019 car il était suspecté d’avoir acheté, en toute discrétion via un tiers, des actions Mithra. La manoeuvre aurait eu lieu relativement peu de temps avant de signer un important contrat avec Mayne Pharma pour la commercialisation de son contraceptif Estelle aux États-Unis (qui a été validée au début de cette année d’ailleurs). De quoi faire augmenter la valorisation de la biotech liégeoise qui, jusque-là, était surtout un manufacturier pour d’autres entreprises pharmaceutiques. C’est cette transaction qui représente potentiellement un délit d’initié.

Samuel Di Giovanni serait suspecté d'être ce tiers en question. Il y aurait eu une transaction à hauteur de 800.000 euros de la part de François Fornieri vers ce dernier, qui aurait acheté des actions par la suite, juste avant l'annonce du contrat. Le transfert mis en cause avait d'ailleurs été signalé par deux banques, BNP Paribas Fortis et Belfius, à la CTIF, la Cellule de traitement des informations financières, précise Le Vif.

La CTIF ne peut pas commenter les faits mais confirme que les dossiers peuvent être constitués à la suite de ce genre de signalement. Les acteurs financiers sont, dans leur ensemble, obligés de leur notifier ce genre de transactions lors de soupçons manifestes.

Lucien D'Onofrio a été, de son côté, questionné par rapport à un virement d’un demi-million d’euros fait à François Fornieri en 2015, avant l’introduction en Bourse de Mithra.

Rappelons que les trois hommes sont toujours présumés innocents..

François Fornieri a pour sa part toujours nié les faits. "On salit ma réputation et cela nuit à la société Mithra. Cela se déchaîne contre moi sur les réseaux sociaux. Mais je ne compte pas me laisser faire et, s’il le faut, je demanderai des réparations", avait-il d'ailleurs déclaré lors des premières évocations dans la presse.

Ses avocats ont quant à eux signifié mercredi matin que l'audition est une suite logique dans l'enquête, à laquelle "Monsieur Fornieri veille à apporter tous les éléments utiles" et que ce dernier "regrette une nouvelle fois la publicité donnée à des devoirs d’enquête couverts par le secret de l’instruction".

"Depuis le 4 février de cette année, M. Fornieri ne remplit plus aucune fonction exécutive au sein de Mithra ; la fonction de CEO étant depuis assurée par M. Leon Van Rompay. Les démêlés judiciaires de M. Fornieri relayés ce jour par la presse, et dont Mithra n’a pas connaissance, n’ont aucun impact sur la poursuite des activités de notre entreprise", précise pour sa part la biotech liégeoise. Le cours de l'action chutait quant à lui légèrement en cours de journée et a clôturé à -2,64%.

Le dossier judiciaire a quant à lui été monté fin 2019 par le juge Frédéric Frenay, qui a fait appel à L’Office central pour la répression de la corruption (OCRC). L’institution n’a par contre pas voulu commenter les opérations de mercredi matin. La FSMA avait également lancé une enquête de son côté.

"Laissons la justice mener son enquête"

Interpellé en séance plénière par certains élus, dont Olivier Bierin (Ecolo) et Germain Mugemangango (PTB) sur cette question, le ministre de l'Economie wallon Willy Borsus (MR) a appelé à attendre que la justice fasse son travail.

"Des instructions judiciaires sont effectivement en cours pour présomption de délit d'initié au sein de Mithra. Laissons la justice mener ses investigations et éventuellement en tirer les conséquences" tout en faisant preuve "d'une vigilance extrême", a-t-il affirmé au Parlement wallon.

"Je vous rappelle qu'en janvier dernier, le conseil d'administration de Mithra a démis François Fornieri de son poste de CEO. Quant à Samuel Di Giovanni, j'ai demandé ce mercredi matin à l'administrateur représentant la Région au sein du conseil d'administration de Protection Unit qu'il réclame la convocation d'une réunion urgente afin de faire le point sur la situation", a-t-il ajouté.

"La Région a accordé à ces entreprises des aides à l'investissement et à la recherche. Elles n'ont pas bénéficié d'un traitement privilégié mais nous ferons évidemment preuve d'une vigilance extrême", a conclu le ministre. Ce dernier a demandé au représentant de la Sogepa chez Protection Unit de convoquer un conseil d'administration, qui aura lieu ce jeudi.

Microcosme

François Fornieri est très présent dans l’écosystème liégeois. Pour rappel, il est l’actionnaire principal (35%) de Protection Unit, l’entreprise de Samuel Di Giovanni. Celle-ci avait pu bénéficier d’un prêt de 6 millions d’euros de la Région wallonne, via la Sogepa, pour racheter son concurrent Fact, en novembre 2019. Protection Unit s’était vue par la suite décerner la responsabilité de la surveillance et du contrôle de l’aéroport de Liège en janvier 2020 mais aussi du stade de Sclessin, qui était auparavant gérée par Fact. L’entreprise avait également décroché un contrat avec le stade d’Anderlecht, en 2019, lorsque Marc Coucke, l’ami de longue date de François Fornieri, en était encore le président.

Pour ce qui est de Lucien D’Onofrio, inutile de rappeler que ce dernier est une figure historique du Standard de Liège, dont il a été vice-président de 1998 à 2011.

-> Relire: La galaxie Fornieri en Wallonie