Belgique Plusieurs membres du Mouvement réformateur brisent le silence pour contester l’éventuelle élection du sénateur coopté.

On le sait, la présidence du Mouvement réformateur est à prendre. Le poste est laissé vacant par Charles Michel, qui s’envolera dès le 1er décembre prochain à la tête du Conseil européen. L’élection du président du parti doit être réglée pour novembre prochain. Un seul libéral a confié dans La Libre, qu’il se porterait probablement candidat : le ministre fédéral Denis Ducarme.

En coulisses, le nom d’un autre candidat ne cesse de circuler, au point d’en agacer plus d’un au sein du parti. Il s’agit de Georges-Louis Bouchez. Dans les médias, celui qui joue le rôle de porte-parole du MR reste vague sur ses intentions. Mais en interne, la campagne a déjà commencé, même si aucune candidature n’est officiellement rentrée.

Plusieurs mandataires du parti ont décidé de briser le silence pour s’opposer à cette candidature qui provoque de vives tensions ces derniers jours dans les rangs du Mouvement réformateur.

(...)