Georges-Louis Bouchez va-t-il être contesté à la présidence du MR ? Plusieurs réunions sont en cours ou ont eu lieu ce vendredi matin entre députés libéraux à l'égard de son style et de ses décisions récentes.

Pour rappel, le président du MR a tenté de débarquer la ministre wallonne Valérie De Bue afin de mettre à sa place Denis Ducarme, qui devait quitter le gouvernement fédéral. 

Dans le même mouvement, Mathieu Michel, frère de Charles et fils de Louis, a été désigné à la surprise générale comme secrétaire d'Etat au sein du gouvernement De Croo. Ce jeu d'échecs, sur fond de soupçon d'influence du clan Michel, ne passe pas (du tout) au sein du parti. La contestation va-t-elle se structurer pour éjecter Georges-Louis Bouchez hors de son bureau de la Toison d'or (le QG du parti) ? Les prochaines heures seront décisives.

Eviter une nuit des longs couteaux

Un élément dans ce psychodrame libéral : Denis Ducarme, désormais simple député fédéral, appelle les libéraux au calme, indique-t-il à nos confrères de La Libre. "J'appelle l'ensemble du MR à un sursaut de dignité. Je reprends à mon compte la devise des cavaliers de Saumur : En avant, calme et droit ! Je veux que le spectacle déplorable qui est présent depuis quelques heures au MR prenne fin. Que chacun reprenne le travail dans l'intérêt exclusif des citoyens, des indépendants. La crise du Covid a fait plus de 10.000 morts dans notre pays. C'est cela qui doit être notre seule préoccupation, pas les questions de places et de postes. Il ne doit pas y avoir de nuit des longs couteaux au MR ! Du calme et au travail."

Le député Denis Ducarme assure par ailleurs qu'il soutiendra l'actuel chef de groupe MR à la Chambre, Benoît Piedboeuf. Il avait été question qu'il reprenne ses fonctions mais plusieurs élus fédéraux MR ont refusé ce scénario. Denis Ducarme estime que "Benoit Piedboeuf, qui est un ami, a toutes les qualités requises pour poursuivre dans ses fonctions de chef de groupe".