L'information figure également sur le site internet de la société. Dans un court communiqué publié, G4S Belgium y annonce avoir conclu un règlement à l'amiable avec la division antitrust du ministère américain de la Justice, concernant une enquête sur le secteur de la sécurité en Belgique.

Dans le cadre de ce règlement à l'amiable, G4S Belgium a plaidé coupable d'avoir violé l'interdiction de fixation des prix dans deux appels d'offres spécifiques pour des contrats de prestation de services en Belgique. G4S Belgium devra payer une amende de 15 millions de dollar, avec une remise de 30 % parce que l'entreprise a coopéré à l'étude de la justice américaine.

G4S Belgium a compté dans ses rangs Jean-Paul Van Avermaet, qui y fut "clustermanager" jusqu'à son départ fin 2019 pour devenir administrateur délégué de l'entreprise publique Bpost.

L'Autorité belge de la concurrence (ABC) mène, rappelle le quotidien, toujours une enquête sur G4S Belgium et M. Van Avermaet. Il a été licencié en mars dernier de son poste de CEO de Bpost, non en raison des mauvais résultats de l'entreprise, mais bien d'une "escalade de différentes affaires".

G4S assure coopérer avec l'ABC.

"Le comportement inacceptable qui a conduit aux infractions décrites dans l'accord est totalement contraire aux valeurs et aux normes de l'entreprise et n'est toléré nulle part au sein de G4S. Nous avons renforcé nos règlements internes, nos pratiques et nos contrôles afin de garantir que nos activités soient toujours menées d'une manière conforme à nos valeurs", a affirmé un porte-parole de G4S Belgium.