Les chiffres restent encourageants, ce mardi 25 mai. Le nombre d'hospitalisations et de décès continue de diminuer dans notre pays. On assiste toutefois depuis deux jours à une hausse de la moyenne des contaminations quotidiennes (+10%, selon les chiffres communiqués par Sciensano ce matin). Faut-il s'en inquiéter ? Le biostatisticien Geert Molenberghs (KULeuven/UHasselt) s'est voulu rassurant. Interrogé par nos confrères de Het Laatste Nieuws, il a estimé que la vaccination permettrait à la situation de s'améliorer au fur et à mesure. Il a cependant prôné la prudence, tandis que la campagne de vaccination suit son cours. "On voit que les chiffres augmentent dans les tranches d'âge plus jeunes, mais c'est en partie compensé par les diminutions observées dans la population plus âgée, bien entendu grâce à la vaccination", a-t-il indiqué. 

Une hausse qui s'explique par la réouverture de l'Horeca ?

Peut-on lier cette légère reprise des contaminations à la réouverture des terrasses ? L'expert flamand a balayé cette possibilité. "C'est une combinaison de tous nos contacts", a-t-il décrété. "Qui dit contact dit plus de risques de contamination. Ces dernières semaines, nous avons eu principalement du mauvais temps, il ne faut donc pas exagérer l'aspect réouverture de l'Horeca en extérieur." 

Selon M. Molenberghs, "nous observons plusieurs phénomènes en même temps". "Nous avons eu une période qui comptait deux jours de congé. (...) Or nous comparons différentes périodes ensemble. Et on le sait, il y a moins de tests effectués lors de jours de congés. On peut donc avoir plus vite l'impression que les chiffres augmentent." Le spécialiste a donc plutôt tendance à expliquer cette augmentation de contaminations par une hausse du nombre de tests d'une semaine à une autre.

Deux scénarios pour la suite

Concernant les hospitalisations, le biostatisticien a estimé que la Belgique atteindra bel et bien cette semaine le seuil des 500 patients corona en soins intensifs. "Mais ce qui se passera ensuite est beaucoup moins clair", a-t-il conclu. "Les admissions vont-elles chuter brusquement ou va-t-on arriver dans une phase plateau dont nous ne voulons pas ? Nous devrons attendre quelques jours pour une réponse définitive."