Les tendances demeurent à la hausse dans notre pays . Ce rebond, qui s'apparente à une troisième vague, a poussé les autorités à resserrer la vis, en fermant notamment les écoles une semaine avant les vacances de Pâques. Mais il semblerait que l'on puisse déceler depuis plusieurs jours une éclaircie dans les données publiées par Sciensano. "Nous voyons que la hausse des chiffres commence à ralentir, c'est bien entendu une bonne chose", a estimé Geert Molenberghs auprès de nos confrères de Het Laatste Nieuws . "Nous sommes sur la bonne voie mais nous ne devons pas oublier qu'en ce moment les chiffres continuent à augmenter."

En effet, ce lundi 29 mars, on enregistre une hausse tout de même de 22% dans la moyenne des contaminations quotidiennes et dans la moyenne des hospitalisations quotidiennes. Des données qui poussent donc à la vigilance mais qui semblent rassurer le biostatisticien (UHasselt/KULeuven). "La vague s'est progressivement atténuée", a-t-il continué. "Si cette tendance se poursuit, nous atteindrons le pic aux alentours du week-end."

"La haute saison des contaminations est terminée"

S'il s'agit d'un cap important, il est tout aussi capital de rapidement voir apparaître à nouveau des tendances à la baisse. À ce sujet, M. Molenberghs s'est montré assez optimiste. L'expert flamand a expliqué qu'il espérait que les nouvelles mesures nous permettraient d'inverser la courbe et de "passer de chiffres croissants à des chiffres décroissants".

Plus encore, le biostatisticien a postulé que le temps ensoleillé des prochains jours allait jouer en notre faveur. "La haute saison des contaminations est terminée", a-t-il affirmé. Cela ne veut toutefois pas dire que le coronavirus disparaîtra totalement de notre quotidien avec le beau temps mais il sera un peu plus facile de contrôler sa propagation. "Si nous tentons par exemple de faire davantage de choses à l'extérieur et que nous ventilons bien à l'intérieur, nous pouvons en tirer avantage", a-t-il acté dans une interview à HLN