Ce lundi matin, Jean-Luc Crucke convoquait une conférence de presse inattendue afin d'annoncer sa démission du poste de ministre wallon du budget. Il affirmait que "ses convictions n'étaient plus en pleine adéquation avec la ligne de son parti."

"Il ne faut jamais retenir les gens contre leur volonté. Ça faisait déjà deux ans que lui et moi on parlait de la possibilité de la Cour constitutionnelle parce que je voulais le meilleur candidat possible pour cette fonction", réagit le président du MR, sur le plateau de la RTBF. Selon Georges Louis Bouchez, Jean-Luc Crucke n'est "pas n'importe qui", avant d'ajouter "Je considère qu’il est le meilleur candidat possible", insiste-t-il.

Pourtant, la démission de Jean-Luc Crucke pourrait devenir une épine dans le pied de Georges-Louis Bouchez. Car si Jean-Luc Crucke ne se retrouve pas dans les idées de son parti, serait-il alors le meilleur représentant à la Cour constitutionnelle ? Le président du MR ne voit pas de problème dans cette situation. "Il a dit qu’il était toujours libéral. Je ne suis personne pour remettre en cause sa qualité de libéral, même si des divergences peuvent exister sur certains dossiers au sein de la droite libérale."

Questionné sur le changement de valeurs que pourrait connaître le MR, Georges-Louis Bouchez refuse d'y accorder de l'attention. "Ce n’est peut-être pas le parti qui a changé, mais Jean-Luc Crucke qui a évolué."

Pour appuyer cet exemple, le président du MR explique la position de Jean-Luc Crucke il y a plusieurs années. "Je me rappelle de l'époque où Jean-Luc Crucke était présenté comme l'aile droite du Mouvement Réformateur. Il était le premier au sein de notre formation politique à dire que nous devions faire une alliance avec la N-VA. Et aujourd'hui on le présente sous l'aile gauche. Je n'ai pas de problème avec ça et ce n'est pas une critique dans ma bouche", explique le président de parti.

Pour remplacer Jean-Luc Crucke, Georges-Louis Bouchez préfère botter en touche, entre un remplaçant de 'sang neuf' ou 'd'expérience', il ne dévoilera aucun nom. "Les renouvellements réguliers font la dynamique d'un parti."