Belgique

Le sénateur Georges-Louis Bouchez souhaite "jouer un rôle dans le redéploiement" du MR, a-t-il expliqué mardi matin sur la chaîne LN24, sans toutefois se prononcer sur une éventuelle candidature de sa part à la présidence des libéraux francophones. 

Le 1er décembre prochain, l'actuel président du MR Charles Michel quittera la scène politique nationale pour prendre la tête du Conseil européen.

Après la formation des gouvernements dans les entités francophones, M. Michel a d'ailleurs remis son mandat de président du MR dans les mains du Bureau politique de son parti, lequel est chargé de déterminer les modalités de l'élection d'un nouveau dirigeant. Le processus, qui pourrait prendre de 6 à 8 semaines, devrait s'achever dans le courant du mois de novembre.

Pour l'instant, seul le ministre fédéral Denis Ducarme a confirmé son intention de briguer la présidence. Les noms de la ministre du Budget, Sophie Wilmès, du ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, et de Georges-Louis Bouchez sont parfois également cités.

"Il est trop tôt pour se prononcer sur la présidence du parti. Ce qui est certain, c'est que j'ai envie de jouer un rôle dans le redéploiement" du MR, a déclaré M. Bouchez sur LN24.

Avec les départs prochains de Charles Michel, mais aussi de Didier Reynders - qui devrait devenir commissaire européen le 1er novembre -, deux figures quittent le terrain belge, a reconnu le libéral montois. "Cela laisse un vide, mais nous avons les ressources et les solutions internes pour nous redéployer", a-t-il poursuivi.

M. Bouchez n'a pas exclu que des personnalités se présentent face à M. Ducarme pour prendre la tête du MR. "Chacun déposera sa candidature au moment où il estime qu'il faudrait le faire", a-t-il commenté, tout en précisant qu'il pouvait se montrer "rassembleur".