Le "Barack Obama de l'Aldi", comme indiquait encore mercredi sa propre description sur le réseau de microblogging Twitter, est une étoile montante du CD&V. En décembre dernier, lancé dans la course à la présidence de son parti alors qu'il était déjà président des Jeunes CD&V, il ne s'était incliné que de peu (46,8% des voix) face à Joachim Coens.

Bruxellois habitant désormais Vilvorde, dans le Brabant flamand, il y est conseiller communal depuis les dernières élections locales. Dans cette commune, dirigée par le bourgmestre socialiste Hans Bonte, règne une coalition sp.a - Groen - Open VLD - CD&V, soit une alliance de tous les partis flamands de la Vivaldi fédérale. Sammy Mahdi a récemment aussi intégré la Chambre des représentants, y reprenant le siège de Koen Geens en mars dernier en tant que premier suppléant.

Ancien étudiant de sciences politiques et de droit international, fils d'un homme ayant fui l'Irak, il n'a réellement débuté en politique qu'en 2014, quand il était devenu collaborateur parlementaire au parlement flamand. En 2017, il a été désigné par ses pairs à la présidence des Jeunes CD&V, un mandat durant lequel il s'est montré actif.

Il a également su se frayer un chemin dans l'univers des médias, avec une chronique dans le quotidien De Morgen et une participation à l'émission "De slimste mens ter wereld", le show télévisé qui avait popularisé Bart De Wever dans le nord du pays. Les téléspectateurs retiendront entre autres l'image de... son chien, Pamuk, une énorme boule de poils restant sagement à ses côtés sur le plateau.

A l'automne dernier, il était le plus jeune des sept candidats à la présidence de son parti. La survie de la formation démocrate chrétienne flamande devait passer par une opération ambitieuse de renouveau, expliquait-il. Même perdue, cette élection à la présidence du CD&V a servi sa visibilité, y compris côté francophone où il a ensuite eu l'occasion de s'exprimer dans les médias sur la saga de la formation gouvernementale.