Belgique

Le cdH et DéFI ont accepté la main tendue par le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet à l'opposition, tout en disant attendre les clarifications budgétaires qui permettraient le cas échéant de lever les zones d'ombres enveloppant la déclaration de politique communautaire (DPC) du gouvernement arc-en-ciel.

L'absence de clarifications ne rassure en revanche pas le PTB selon qui, pas plus que les précédents, ce gouvernement ne réussira à réduire les inégalités. M. Jeholet a donné rendez-vous au débat budgétaire pour un détail du financement des mesures. Pour l'ex-ministre Alda Greoli, cette déclaration donnera l'occasion au cdH de soutenir une série de projets. Toutefois, les centristes n'hésiteront pas dénoncer "les erreurs de parcours", a-t-elle prévenu lors du débat en séance plénière. Dans le chef des démocrates-humanistes, l'opposition se voudra "résolue et humble". Des clarifications sont nécessaires car "la déclaration manque d'un souffle commun, elle peut tout au plus être vue comme la juxtaposition des priorités des différentes familles de la majorité".

La déclaration se veut "volontariste", a embrayé Joëlle Maison (DéFI), pointant cependant des "absences remarquées", notamment en termes de financement, des "paradoxes" et de "possibles doubles lectures".

Pour le PTB, rien ne permet de penser qu'avec cette DPC, on va enfin réussir à diminuer les inégalités. La déclaration souffre d'un "manque d'objectifs concrets", a estimé Alice Bernard. Visant le formateur du gouvernement, Elio Di Rupo, le PTB a regretté l'absence de volonté de refinancement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Prisonnier des carcans, le gouvernement se voit contraint d'adopter un mélange de gestion au rabais et de partenariats public privé dont seront victimes les travailleurs et leurs familles, a analysé Alice Bernard. La gratuité promise ne sera instaurée que progressivement, les inégalités vont perdurer, a-t-elle regretté.

L'ex-ministre de l'Enseignement Marie-Marie Martine Schyns (cdH) s'est réjouie avec Joëlle Maison de la poursuite du pacte pour un enseignement d'excellence même si certaines mesures, affectant l'allongement du tronc commun, méritent également une clarification. Même si la volonté est d'abaisser l'âge moyen de l'accès à l'enseignement en alternance, les activités orientantes seront stimulées plutôt que contraintes, a rassuré M. Jeholet.

Le report de l'allongement de la formation initiale des enseignants et la situation financière de l'enseignement supérieur ont compté parmi les autres points d'attention des députés.

Le ministre-président a donné rendez-vous au débat budgétaire pour des explications plus concrètes sur les différentes mesures. Père de la réforme avortée des APE, il a notamment renvoyé au devenir des emplois subsidiés en Wallonie, dont certains servent la Fédération. Un des enjeux sera notamment de savoir si une future réforme immunisera les emplois en Fédération. Cette absence de clarification supplémentaire n'a pas rassuré l'opposition même si M. Jeholet a rappelé que la législature ne serait pas marquée par l'austérité.

Il a indiqué que la DPC était un accord de "responsabilité" conclu par des partenaires qui ne rêvaient pas de convoler mais qui ont fini par sceller un "mariage de raison", parfois plus durable et solide qu'un "mariage d'amour".

Il a réitéré ses promesses de synergies "de gouvernement à gouvernement", une option préférable à "un nouveau truc" ou "bidule".

Ce faisant, il a rassuré le cdH et le MR qui l'interrogeaient sur la fonction d'agent de liaison francophone offerte par le gouvernement bruxellois à Olivier Maingain (DéFI) mais que venait d'enterrer définitivement la ministre-présidente de la Cocof Barbara Trachte (Ecolo) après un véto wallon.

Joëlle Maison a peu goûté à cette saillie, rappelant que les gouvernements conjoints n'avaient pas fait leurs preuves dans le passé et que la réalité imposait aux francophones à stimuler ensemble leurs politiques socio-économiques et à se préparer à l'avenir institutionnel.

"Pas d'attaque ad bidulum", a-t-elle plaidé.