Les syndicats contestent la suppression des lignes Johannesburg et Newark. Ils sont prêts à aller jusqu'à la grève!

BRUXELLES La décision de la Sabena de supprimer d'ici la fin janvier les lignes Bruxelles-Newark et Bruxelles-Johannesburg suscite bien des remous. Les syndicats s'y opposent fermement. Et un conseil d'entreprise se réunira aujourd'hui pour fournir des précisions. En cas de non satisfaction, les pilotes envisagent la possibilité d'une grève!

La fermeture de ces deux lignes s'inscrit dans le cadre du plan Blue Sky, visant à réaliser des mesures de redressement de l'ordre de 14,4 milliards de F (357 millions d'). Cependant, les syndicats estiment que cette mesure va à l'encontre des engagements pris entre Swissair et le gouvernement belge, stipulant le maintien des destinations d'avril 2000 comme production minimale.

Mais, plus que tout, le personnel soupçonne une manoeuvre de Swissair pour récupérer les clients de la Sabena pour son propre vol Johannesburg-Zurich! `La liaison entre Johannesburg et Bruxelles existait depuis 53 ans´, explique l'Association belge des pilotes. `Il faut voir si cette prise de contrôle par Swissair ne se fait pas au détriment de la Sabena!´

Les syndicats demandent dès lors que l'on suspende toute décision de fermeture de ligne tant qu'on n'a pas eu les résultats d'un audit. `Cet audit commencera enfin le 3 janvier et on devrait en connaître les résultats pour la fin du mois. En attendant, il n'est pas question pour nous d'accepter la suppression de ces vols!´ Un point de vue qui sera défendu ce mercredi en conseil d'entreprise. Certains parlent même déjà de déposer un préavis de grève. `Ce n'est pas impossible. Nous sommes déterminés. Les pratiques de Swissair sont inadmissibles.´

Du côté de la Sabena, on prétend que ces lignes n'étaient pas rentables et que leur suppression va permettre d'économiser plusieurs centaines de millions. Les syndicats rétorquent que le déficit annoncé est, entre autres, la conséquence d'une politique tarifaire nettement inférieure aux concurrents et du prix d'exploitation anormalement élevé de l'avion en leasing d'une compagnie tierce. `Qui plus est, de nombreuses compagnies se sont déjà retirées de cette destination. Ce qui va libérer 5.000 sièges par semaine d'ici avril 2001. Cela devrait permettre aux compagnies présentes sur le marché d'augmenter considérablement leurs prix. Mais, en l'absence de la Sabena, les principaux bénéficiaires seraient Swissair et South African Airways dont Swissair vient de racheter 30%!´ Une pure coïncidence?