Guy Gilbert salue Benoît XVI qui s’en va et s’attend à un jeune pape italien pour la suite

BRUXELLES Folklorique s’il en est au sein de l’église catholique, le père Guy Gilbert qui entretient son image de curé des loubards a bien voulu répondre à quelques questions sur la démission surprise de son pape Benoît XVI.

Que pensez-vous de cette démission ?

“Je pense deux choses : tout d’abord Jean-Paul II qui est mort devant nous dans une grande souffrance. Ensuite je pense à Benoît XVI qui se sentant à la masse dit je me casse. En faisant cela, il a changé complètement les règles. Désormais les papes seront obligés d’arrêter lorsqu’ils seront trop vieux.”

Vous êtes d’accord avec le fait de confier un mandat à durée déterminée aux prochains papes ?

“Non, je ne veux surtout pas de mandats. C’est un mandat pour la vie mais lorsqu’on n’en peut plus il faut arrêter. Il est resté fort mais il sent qu’il est à la masse alors il arrête, c’est un signe d’humilité. Il a donné un aspect moderne à la fonction papale en faisant cela.”

C’est donc vraiment moderne ?

“Nous avons eu à faire par le passé à des papes qui ont traîné leur maladie. Je pense à Paul VI avec sa prostate et Jean-Paul II bien entendu. Je le redis c’est le mandat d’une vie mais lorsqu’on a tout donné et qu’on en peut plus, c’est bien de s’en aller. Il bâtit là un acte moderne.”

Vous avez un favori pour le prochain conclave ?

“Oui j’en ai plusieurs mais je préfère ne pas donner leurs noms, je ne veux pas rentrer dans ce genre de dynamique. C’est inutile.”

Que devra avoir comme qualités le futur élu ?

“Il devra être humble et à notre service. Il serait bien aussi qu’il connaisse les différentes cultures et qu’il parle plusieurs langues. Il faut aussi que ce soit un grand communicateur.”

On peut s’attendre à un nouveau style de pape ?

“Il y aura certainement un autre style. Un homme plus jeune. Il y a des jeunes cardinaux qui peuvent occuper la fonction. Je pense qu’il sera Italien. Le conclave qui va se réunir va se réunir en fonction de ce qu’était Benoît XVI. Ils éviteront certainement de choisir un pape qui devra régner jusqu’à 90 ans. Le contraire serait dingue.”

Et pourquoi pas un Africain ou un Sud-Américain ?

“Ce serait chouette mais comme la grande majorité des cardinaux est italienne ce sera sans doute un jeune italien.”

Vous irez à Rome ?

“Non, pas du tout, je suivrai ça de loin comme tout le monde, je n’ai pas de prétention pour aller sur place.”

Vous pensez que la fin de règne de Jean-Paul II a vraiment été importante dans la décision de Benoît XVI ?

“Benoît XVI a vraiment dû trouver la fin de règne de Jean-Paul II détestable. Il a peut-être trouvé ça beau, mais certainement détestable. Mais la décision de Benoît XVI est belle également. C’est un homme parmi les hommes qui peut dire : je m’en vais. Il va redevenir évêque et il ne sera plus habillé en blanc comme le nouveau. Il n’interviendra pas dans les affaires de l’église, il se reposera au milieu de ses livres comme il l’a toujours souhaité. Il avait, à l’époque, que Jean-Paul II avait déjà remis sa démission mais qu’elle avait été refusée. Ce n’est pas un homme d’ambition. Je l’ai rencontré deux fois, c’est quelqu’un de très humble.”

Vous pensez que les scandales au sein de l’église y sont pour quelque chose ?

“Ça a dû accélérer sa baisse de santé. Il suffit de regarder son visage pour le comprendre, c’est un geste prophétique d’un homme que l’on jugeait rétrograde. Je m’en félicite.”



© La Dernière Heure 2013