Belgique Menaces de viol, insultes, drague lourde… Ces jeunes candidates qui se lancent en politique sont victimes de cyberharcèlement.

Elles ont entre 24 et 31 ans, se présentent pour la première ou la deuxième fois aux élections et veulent incarner le renouveau politique. Dès l’instant où ces femmes ont eu accès à une certaine visibilité, cyberharcèlement et cyber-sexisme les attendaient au coin du clavier. Non pas à cause de leur positionnement politique ou des idéologies qu’elles défendent mais parce qu’elles sont femmes. (...)