Johan Van Overtveldt a pris la parole mardi après-midi lors d'une conférence de presse des négociateurs du Parlement européen pour le prochain budget pluriannuel de l'UE. En tant que président de la commission Budgets du Parlement européen, l'ancien ministre belge N-VA s'est réjoui de l'accord trouvé le même jour avec les négociateurs du Conseil, instance représentant les Etats membres, sur cette importante enveloppe financière.

Après son allocution, les journalistes connectés à la conférence de presse par vidéoconférence avaient l'occasion de poser des questions. Le premier à le faire était le journaliste flamand Riadh Bahri, pour la VRT. Le temps que celui-ci apparaisse à l'écran avec son micro connecté, la retransmission en direct de la conférence de presse est restée centrée sur l'image de Johan Van Overtveldt et des autres négociateurs du Parlement européen, attendant la question. Le Belge a alors indiqué, micro toujours connecté, que la question lui serait sûrement destinée. Il a ensuite corrigé le porte-parole qui souhaitait donner la parole à "madame" Bahri, ajoutant à propos du journaliste qui s'apprêtait à s'exprimer: "Il est gay". Ces mots, prononcés en anglais, étaient destinés à ses co-négociateurs du Parlement, présents à ses côtés, mais ont été entendus par tous les journalistes européens suivant la conférence de presse en direct. L'ex-ministre des Finances a indiqué via Twitter avoir contacté M. Bahrid pour lui présenter ses excuses. "Mon intention n'était pas de blesser", a-t-il tenté de justifier.


Cette petite phrase a ensuite été reprise sur Twitter, certains jugeant ce commentaire "hallucinant". Le secrétaire d'Etat Sammy Mahdi a quant à lui indiqué via Twitter vouloir "volontiers des explications" à propos de ces mots jugés déplacés.