Belgique

Le procureur fédéral a fait le point ce mercredi midi suite aux attentats de Paris. Voici les principaux éléments.

- Une personne a été interpellée et toujours entendue par les enquêteurs

- Deux terroristes sont décédés à Zaventem. L'un d'eux a été identifié par ses empreintes : il s'agit d'Ibrahim El Bakraoui. L'autre kamikaze n'a pas été identifié.

- Ibrahim El Bakraoui a laissé un testament sur un ordinateur découvert dans une poubelle de Schaerbeek. Il y déclare "être dans la précipitation, ne plus savoir quoi faire, être recherché de partout, ne plus être en sécurité et, s'il s'éternise, risquer de terminer à côté de lui (NdlR : Salah Abdeslam) dans une cellule".

- L'homme au chapeau sur la photo des trois terroristes poussant des chariots est en fuite et n'a pas encore été identifié.

- Aucune arme de guerre n'a été trouvée à l'aéroport.

- Le kamikaze du métro de Maelbeek est Khalid El Bakraoui. Le frère d'Ibrahim.

- Dans l'appartement perquisitionné à Schaerbeek, un arsenal de confection d'explosifs a été découvert : 15 kilos d'explosifs de type TATP, 150 litres de l'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis et du matériel destiné à confectionner des engins explosifs.

- Le dernier bilan des attentats est de 31 morts et 270 blessés.

- Le niveau d'alerte est maintenu à 4.


Valls: "Je n'ai jamais ressenti la moindre naïveté"

Les Premiers ministres belge et français, Charles Michel et Manuel Valls, ont annoncé mercredi que les deux pays allaient encore intensifier leur coopération dans la lutte conte le terrorisme, au lendemain des attentats qui ont frappé le métro de la capitale belge et l'aéroport de Bruxelles-National. Interrogé sur des déclarations du ministre des Finances Michel Sapin, le Premier ministre français a jugé que la Belgique avait agi avec une "très grande lucidité".

"Je n'ai jamais ressenti ni la moindre naïveté ni le moindre angélisme", a-t-il ajouté.

M. Sapin avait indiqué que la Belgique avait fait preuve d'une "forme de naïveté" face au développement du "communautarisme".