Le chef de file des libéraux flamands a reçu mission "de prendre les initiatives nécessaires permettant la mise en place d'un gouvernement qui s'appuie sur une large majorité au parlement", selon un communiqué du Palais.

M. Lachaert, qui prend la succession du tandem De Wever-Magnette, fera un premier rapport au souverain d'ici dix jours, soit le 28 août prochain.

Le nouveau missionnaire royal entend mener ses consultations dans la discrétion, a-t-il fait savoir mardi. Celui-ci ambitionne d'à nouveau rencontrer les différents chefs de file avec un regard neuf, sans exclusive.

"Le pays se trouve dans une de ses plus graves crises depuis la Seconde Guerre mondiale", a commenté le patron des bleus flamands. "Nous avons besoin d'un gouvernement fort, avec un soutien large et une politique équilibrée. En période difficile, le monde politique doit surmonter ses différences d'opinions. Nous avons quelques semaines pour former un gouvernement de plein exercice au service de la population".

La désignation de M. Lachaert intervient après l'échec des missionnaires De Wever et Magnette à élargir la "bulle des cinq" (N-VA, PS, sp.a, cdH en CD&V) à un sixième partenaire pour entamer des négociations en vue de la conclusion d'un nouvel accord de majorité.

Les libéraux flamands avaient été sollicités seuls, mais ceux-ci avaient finalement préféré maintenir leur alliance avec leur parti frère francophone, le MR.

Il va falloir "se dépasser"

Egbert Lachaert a déjà tenté de trouver une issue à la crise politique, au début de l'été, et ce en association avec les présidents du CD&V et du MR, mais ceci s'était fait en dehors d'une mission confiée par le roi.

Leur initiative visait à rassembler une majorité pour permettre au gouvernement actuel de Sophie Wilmès de perdurer. Elle avait pris fin lorsqu'il était apparu que N-VA et PS étaient prêts à négocier quelque chose entre eux.

Dans un communiqué, le président du PS Paul Magnette, prédécesseur de M. Lachaert en tant que missionnaire royal, est revenu mardi sur l'impossibilité à élargir la "bulle des cinq".

"Il manquait un parti afin d'obtenir la majorité requise. Des contacts ont été pris avec les familles libérales et écologistes. À l'issue de ces rencontres, force a été de constater qu'il n'était malheureusement plus possible d'avancer vers l'objectif fixé, mettant fin, de facto, à la mission royale. Le PS reste disponible et constructif dans la recherche d'une solution susceptible de mettre sur pied le gouvernement dont le pays a besoin. Le PS souhaite du succès au nouveau missionnaire royal".

Les socialistes flamands estiment de leur côté qu'un gouvernement fédéral ne pourra être formé que si tous les partis parviennent "à se dépasser". Ceux-ci promettent de continuer à se montrer "constructifs" dans les discussions à venir "dans l'intérêt du pays".

Sur Twitter, le président du MR, Georges-Louis Bouchez, a souhaité plein succès à son coreligionnaire flamand. "Succès à Egbert Lachaert qui a les qualités pour réussir cette mission difficile: un homme droit, travailleur et intelligent. Ensemble pour une #Belgique forte et efficace!", a-t-il lancé.