Alors que les autorités préconisent depuis des mois le chiffre de 70% de la population vaccinée afin d'atteindre l'immunité collective, plusieurs experts avancent désormais un pourcentage plus élevé. C'est le cas du microbiologiste de l'université de Columbia, Hans-Willem Snoek. Interrogé dans l'émission "C'est pas tous les jours dimanche", il assure que même si on n'y arrive pas, la vaccination de 100% de la population devrait être l'objectif.
Il a donné deux raisons à cela : La première est que les vaccins ne sont pas à 100% efficaces. Donc 70% de la population vaccinée, cela veut dire qu’on a protégé 60%, ce n’est pas suffisant.". Il a ensuite expliqué : "Le variant anglais est plus infectieux. Quand le virus est plus infectieux, il faut vacciner une proportion plus grande de la population (de 75% à 85%)". Sur ce point il a souligné que les vaccins ne protégeaient pas autant contre le variant africain : "Il faut donc vacciner plus et cibler 90-95% de la population pour être sûr".

Yves Van Laethem présent également a embrayé : "Nous n’allons actuellement pas vacciner les enfants de moins de 16 ans. Or, ils sont une partie de notre population. Il est clair que le but est de vacciner le plus possible. J’insiste pour dire qu’il faut protéger les 33% de la population à haut risque, et le plus possible les autres".