Pour rappel, un violent incendie s'était déclaré sur le domaine militaire de Brecht dans la province d'Anvers, le 23 avril dernier. Plus de 570 hectares de nature ont été détruits, dont 15 % de la lande sèche en Flandre. Après l'incendie, la ministre flamande de l'Environnement, Zuhal Demir a contacté sa collègue de la Défense fédérale Ludivine Dedonder (PS) pour lui demander d'enquêter sur les causes et de coopérer à l'enquête judiciaire et à la nécessaire restauration du lieu. Cependant, selon Demir, cette dernière refuse de répondre.

"C'est la preuve d'un grand manque de responsabilité et d'un manque de respect pour les innombrables agents de sécurité, employés et volontaires sur le terrain. C'est pourquoi nous déclarons formellement la Défense responsable par défaut pour l'incendie et toutes ses conséquences", a déclaré Demir.

Ce vendredi, VRT Nieuws révèle que l'incendie avait été causé par des boules de phosphore inflammables au cours de l'exercice militaire, des balles qui n'étaient en fait pas autorisées à être utilisées à ce moment-là. Cette nouvelle a attisé les soupçons de la ministre Démir quant non respect des protocoles et accords applicables. "Surtout, il est alarmant que de telles informations parviennent plus rapidement à la presse, plutôt que la Flandre ne reçoive des réponses du ministre fédéral de la Défense. Cela reste également un point d'interrogation sur les mesures qu'elle prend pour éviter que des situations similaires ne se reproduisent à l'avenir", a déclaré Zuhal Demir.

C'est pourquoi la ministre N-VA a nommé un conseiller juridique au nom du gouvernement flamand et la Défense est formellement déclarée responsable par défaut de l'incendie de forêt. Cela rend également la Défense fédérale responsable de tous les coûts associés à ses conséquences, y compris la restauration de la nature et la détérioration écologique.