Les bassins les plus critiques sont la Vesdre, l'Amblève, l'Ourthe inférieure, la Senne et la Dendre

BRUXELLES Les précipitations ont continué à s'abattre sur la Wallonie jeudi après-midi et ont provoqué une remontée systématique de tous les cours d'eau à des degrés divers, indiquait jeudi après-midi la Direction des Voies hydrauliques de la Région wallonne.

Certains pics sont atteints ou le seront dans les prochaines heures. Les bassins les plus critiques sont la Vesdre, l'Amblève, l'Ourthe inférieure, la Senne et la Dendre. Les prévisions météos sont un peu plus favorables que jeudi matin, mais la vigilance reste de mise. Le pic de crue de la Vesdre a été atteint partout et la tendance est à la baisse. Cependant, les nouvelles pluies risquent de ralentir cette baisse, voire de relancer la crue d'ici vendredi matin.

En ce qui concerne l'Amblève et ses affluents, la vigilance est plus que jamais de mise. Un pic de crue a été atteint à Malmédy sur la Warche et à Stavelot sur l'Amblève. A Aywaille, le pic est attendu jeudi durant la soirée. Les niveaux sont supérieurs à ceux observés dimanche passé. Les pluies annoncées pourraient ralentir, voire relancer la crue.

La crue se poursuit sur l'Ourthe inférieure. Celle-ci est essentiellement due à la crue de l'Amblève. L'Ourthe moyenne connaît une crue de moindre importance. Le pic sur l'Ourthe n'est pas attendu avant le milieu de la nuit de jeudi à vendredi et sera conditionné par l'ampleur des nouvelles précipitations annoncées. Les niveaux devraient cependant rester sous les maxima atteints dimanche.

Le Geer est en phase de stabilisation, même si la vigilance reste de mise.
Sur la Senne, le pic de crue sera atteint en soirée, même si les précipitations prévues pourraient entraîner de nouvelles hausses. Les niveaux de novembre 2010 ne seront cependant pas atteints.

Sur la Dendre, les niveaux sont toujours à la hausse. Les pics sont prévus durant la première partie de la nuit de jeudi à vendredi. Les maxima seront cependant inférieurs à novembre 2010.

La Protection civile multiplie les interventions partout en Belgique

La Protection civile a reçu jeudi de nombreux appels provenant de partout en Belgique pour livrer des sacs de sable supplémentaires et effectuer des travaux de pompage, indiquait en fin d'après-midi le SPF Intérieur dans un communiqué.

En province de Liège, la Protection civile de Crisnée continue de pomper l'eau au château de Braives afin de libérer l'accès et d'éviter que les locaux d'une asbl pour personnes handicapées deviennent inaccessibles.

A Vaux-sous-Chèvremont, l'unité opérationnelle construit une digue de sacs de sable pour éviter que la chocolaterie Galler soit inondée
A Ellemelle, les agents approvisionnent en eau dix réservoirs d'une contenance de 2.000 litres chacun pour fournir de l'eau potable aux habitants.

A Péruwelz, une équipe de l'unité de Ghlin est au travail avec une pompe à boue de 5.000 l/min. L'entreprise Saluc, qui utilise des substances chimiques, a été inondée et est actuellement séchée au plus vite.

A Tubize, des travaux de pompage sont menés avec une pompe lourde de 10.000 l/min pour éviter que les maisons des habitants, qui sont touchées pour la troisième fois en trois mois, ne soient encore plus gravement inondées. A Jurbise, des travaux de pompage sont également menés aux étangs pour éviter des débordements.

L'unité de Ghlin a fourni des sacs de sable remplis et vides à Tubize, Braine-le-Comte et Court-Saint-Etienne. Jeudi après-midi, de nombreux sacs de sable continuaient d'être remplis.

L'unité opérationnelle de Libramont a envoyé une équipe vers Tubize pour soutenir ses collègues de Ghlin. Au total, 630 sacs de sable remplis et 1.000 sacs de sable vides ont été amenés.

A Vresse-sur-Semois, une cave dans laquelle du mazout s'est mélangé à l'eau est pompée afin d'éviter une pollution de l'environnement.

Quelques pompages de caves ont également été signalés à Mons, Soignies et La Louvière.

L'unité opérationnelle de Liedekerke a vidé des dizaines de caves à Hérinnes et dans ses environs et se tient prête à intervenir aux alentours de la gare de Liedekerke, où plusieurs rues menacent d'être inondées.

Au total, les agents de Liedekerke ont distribué quelque 4.800 sacs de sable à Gammerages, Pamel, Hérinnes, Hal, Lennik, Alost et Leeuw-Saint-Pierre.

L'unité opérationnelle de Jabbeke prépare 400 sacs de sable supplémentaires pour les envoyer à leurs collègues de Liedekerke.

La situation semble s'améliorer à Tubize et Rebecq

La situation devrait s'améliorer sur le territoire des communes de Tubize et Rebecq, en Brabant wallon, ressort-il de la réunion de la cellule de sécurité qui a eu lieu jeudi à 13h.

Les cours d'eau de la région semblent en phase de décrue lente et les précipitations annoncées seront faibles, a indiqué le Service d'études hydrologiques de la Région wallonne (Sethy) aux autorités des deux communes.

La cellule de sécurité souhaite maintenir un degré de vigilance élevé et a demandé aux services de prendre les mesures de sauvegarde nécessaires dans l'hypothèse où les prévisions annoncées s'avéreraient trop optimistes. A cet effet, un centre d'accueil a été ouvert pour les sinistrés au complexe sportif Leburton, à Tubize.

Dès jeudi matin, des ouvrages de retenue d'eau ont été réalisés sur le Coeurcq afin de dévier les eaux dans les étangs. Des sacs de sable ont également été mis à la disposition de la population.

En concertation avec les bourgmestres de Hal, Rebecq et Tubize, ainsi que l'administration flamande des voies hydrauliques, les vannes auxiliaires de l'écluse de Lembeek ont été ouvertes.

Rebecq et Tubize avaient déjà été les deux communes du Brabant wallon les plus touchées lors des inondations des 13 et 14 novembre dernier.

La Vesdre atteint le tablier du pont à Chênée, l'Ourthe déborde


Le niveau de la Vesdre a atteint jeudi après-midi le tablier du pont de Lhonneux, à Chênée. Sur l'autre versant de Chênée, l'Ourthe est sortie de son lit et l'eau a envahi les rues. La circulation a été interdite sur le pont ainsi que dans la rue du Gravier, en direction de l'ancien Hôtel de Ville de Chênée.

Sur l'autre versant de Chênée, près du pont de Chênée, l'Ourthe est sortie de son lit et l'eau a envahi la rue de la Station. Les égouts ne peuvent plus absorber l'eau. Il est vraisemblable que la rue de la Station sera également interdite à la circulation dans le courant de la soirée.

Deux maisons déclarées inhabitables à Zwijnaarde

Un architecte communal de la ville de Gand a déclaré jeudi deux maisons de Zwijnaarde inhabitables, en raison des inondations, ont indiqué la police et les services incendie de Gand. L'eau transperçait le plancher. Les pompiers sont intervenus jeudi pour des inondations dans deux maisons à Zwijnaarde.

Les maisons se trouvent en contre-bas et ont déjà été menacées par les eaux de prés avoisinants. L'eau a cette fois transpercé le plancher.

Les pompiers ont tenté de pomper l'eau, mais la situation était devenue trop critique. Un architecte de la ville est arrivé sur place et a déclaré les maisons temporairement inhabitables. Les deux occupants, âgés de 63 ans et 77 ans, bénéficieront d'un toit pour dormir à la suite de l'intervention du service d'aide aux victimes.

Evacuations à Aywaille et Deux-Acren

Le plan communal d'urgence a été déclenché jeudi matin à Aywaille, en province de Liège, où le niveau de l'Amblève continue de monter. Une quinzaine d'habitations du village de Nonceveux ont été évacuées. En province de Hainaut, deux personnes ont été évacuées dans le village de Deux-Acren (Lessines) jeudi midi. "Toutes les personnes évacuées ont trouvé un abri, mais nous avons ouvert le centre récréatif communal de Sougné-Remouchamps, où nous pouvons accueillir ceux qui le souhaitent dans de bonnes conditions avec l'aide de la Croix-Rouge", explique Philippe Dodrimont, le bourgmestre d'Aywaille. Les prévisions annonçant une montée des eaux jusque dans la soirée, les autorités restent en état d'alerte.

A Deux-Acren, le niveau de la Dendre a commencé à monter tôt dans la matinée de jeudi. Les riverains de la rue du Pont et de la rue d'En bas en sont les premières victimes.

Dans les communes de Leuze-en-Hainaut, Beloeil, Ath et Enghien, les pompiers ont multiplié les interventions jeudi matin pour des routes et des caves inondées. Dès 10h, le centre du village de Marcq (Enghien) était interdit à la circulation car la Marcq était sortie de son lit.

A Ghislenghien (Ath), c'est la Sille qui commençait à sortir de son lit vers 11 heures sous les regards inquiets des riverains. A Leuze-en-Hainaut, la rue de la Dendre était menacée par les eaux de la rivière du même nom peu avant 14 heures.

Plus de 2.000 bonbonnes de 10 litres d'eau potable distribuées par la CILE

La Compagnie Intercommunale Liégeoise des Eaux (CILE) a distribué plus de 2.000 bonbonnes de 10 litres d'eau de source aux communes en situation d'urgence à la suite des récentes intempéries. "Nous n'avons pas eu de souci d'eau polluée dans les 24 communes que nous couvrons, mais nous avons dépanné d'autres régies qui ne parvenaient plus à alimenter la population en eau potable", explique Bernard Michaux, directeur de production à la CILE.

"Nous mettons notre produit à disposition des communes en situation d'urgence pour approvisionner les citoyens avec une eau de qualité."

L'eau de la source du Pêchet, à Hamoir, est conditionnée dans des bonbonnes de 10 litres, ce qui correspond aux besoins d'une famille de 4 personnes pour une journée. "Ces récipients ont été étudiés pour minimiser l'impact écologique sur l'environnement : tout est recyclable", souligne le directeur de production.
A la suite des chutes de neige, 320 bonbonnes ont été distribuées à Tinlot et 120 à Comblain-au-Pont, fin décembre. Plus récemment, 150 bonbonnes ont été livrées aux centres d'accueil d'urgence ouverts à Esneux les 8 et 9 janvier, après les inondations.

La CILE a également fourni près de 1.500 bonbonnes à la commune de Clavier, dont l'eau a été déclarée impropre à la consommation.

Par ailleurs, 2 cubis de 1.000 litres et 2 palettes ont été livrés à Tinlot, fin décembre. Marchin a bénéficié une aide similaire.

Les communes de Flandre orientale suivent la situation de près

Des cellules de crise ont été mises sur pied jeudi dans plusieurs villes et communes de Flandre orientale. Le niveau de l'eau est suivi de près mais aucun plan catastrophe n'a été déclenché pour l'instant. Des mesures préventives ont toutefois été prises dans les zones sensibles du bassin de la Dendre.

A Grammont, le niveau de la Dendre continue à monter mais la situation est sous contrôle pour l'instant. La cellule de crise de la ville a néanmoins décidé de lever un des ponts (le Grotestraatbrug, ndlr) enjambant la rivière par mesure de précaution.

Des inondations menacent également la commune de Zandbergen le long du Molenbeek. La situation est identique à Overboelare, particulièrement affectée par les inondations en novembre dernier.

Les pompiers de Brakel ont disposé, quant à eux, des sacs de sable dans une quarantaine d'endroits. L'eau n'a cependant encore atteint les habitations.
Des cellules de crise suivent aussi la situation à Denderleeuw, Alost, Saint-Nicolas et Termonde.

Les prévisions se veulent optimistes pour l'instant en raison de l'arrêt des précipitations en plusieurs endroits, mais les autorités provinciales reste sur le qui-vive.