"Il a été mesuré qu'une petite quantité de naphte s'est répandu dans l'eau, mais il n'est pas question de catastrophe écologique", assure Dirk Vandriessche le porte-parole de Petrochemical Pipeline Services (PPS Pipelines).

Face à l'affaissement des berges et le détachement d'un tuyau, la décision avait déjà été prise lundi de fermer le pipeline. Diverses opérations ont été entreprises depuis lors pour contrôler la situation, dont du pompage d'eau et la fermeture de conduits.

Dans l'après-midi de mardi, un mélange d'eau et de naphte a été récupéré à Chemelot. "Vers 14h30, le naphte a été poussé hors du conduit et le pipeline semblait sûr. Lors des prochains jours, une équipe spécialisée va constater quel est le problème en question. Entre temps l'approvisionnement vers Chemelot est interrompu. Tout danger pour la faune, la population ou l'environnement est éliminé", affirme encore M. Vandriessche pour PPS Pipelines.