Le gouvernement wallon - qui a déjà annoncé avoir accordé une aide humanitaire de 150.000 euros à l'ONG Médecins du Monde et avoir suspendu l'octroi des licences d'exportation de biens à double usage à destination de la Russie - assumera sa part quant à l'accueil des réfugiés sur son territoire, a-t-il affirmé.

Une première réunion a eu lieu jeudi avec les gouverneurs des provinces wallonnes afin de discuter des modalités pratiques de cet accueil. Elle a été suivie, ce vendredi après-midi, par un entretien "constructif", en vidéoconférence, avec l'ensemble des bourgmestres wallons.

Cette réunion a permis de présenter aux élus locaux le cadre global de prise en charge des réfugiés ukrainiens. Elle a également permis aux bourgmestres de faire remonter auprès du gouvernement les problèmes concrets auxquels ils sont confrontés et de poser leurs questions sur toute une série de situations spécifiques. Un "lien étroit" sera maintenu au cours des prochaines semaines entre les acteurs locaux et l'exécutif, a assuré ce dernier à l'issue des discussions.

À l'heure actuelle, près de 9.000 places d'hébergements ont d'ores et déjà été recensées au sud du pays, que ce soit dans les logements publics de type logement de transit, d'insertion, salles communautaires, presbytères, ou sur base de propositions du privé.

Mercredi, le ministre wallon du Logement, Christophe Collignon (PS), avait indiqué à ce propos avoir dégagé une enveloppe de 3,55 millions d'euros - soit un euro par habitant par commune - afin de soutenir les villes et les communes dans la gestion opérationnelle de l'accueil des réfugiés. Une plateforme destinée à mettre en relation les citoyens souhaitant faire une offre de logement et les réfugiés ukrainiens à la recherche d'une solution d'hébergement a également été mise en ligne sur le site http://ukraine.logement.wallonie.be.

Parallèlement, l'exécutif a décidé d'octroyer une dispense de permis d'urbanisme pour la création ou l'aménagement des structures d'accueil destinés à accueillir des réfugiés afin de faciliter au maximum les procédures administratives. Il a également activé tous ses départements pour permettre aux réfugiés ukrainiens d'accéder effectivement au marché de travail, à l'aide sociale et à l'aide médicale.

Les équipes spécialisées dans le soutien psychosocial et psychologique des personnes étrangères seront elles aussi mobilisées tandis que le Forem accompagnera les réfugiés ukrainiens dans leur intégration sur le marché du travail. Dans ce cadre, un accent particulier sera mis sur les formations de français langue étrangère.

Enfin, le gouvernement wallon a entamé un travail d'identification et d'évaluation de l'impact économique des sanctions sur son économie, ses entreprises ainsi que sur son agriculture. Pour les entreprises, une page d'information spécifique a été créée sur le site de l'Agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers (Awex).