Le Portugal freine son déconfinement, restrictions à Lisbonne

Confronté à une recrudescence de l'épidémie de coronavirus due au variant Delta, le gouvernement portugais a décidé jeudi d'interrompre la levée progressive des restrictions sanitaires dans l'ensemble du pays, et même de les resserrer dans la ville de Lisbonne.

La capitale portugaise et la station balnéaire d'Albufeira, dans la région de l'Algarve, sont deux des trois municipalités du pays où les cafés, restaurants et commerces verront à nouveau réduits leurs horaires et leur capacité d'accueil. "C'est un signe que la situation s'aggrave dans notre pays", qui traverse "un moment critique", a déclaré la ministre porte-parole du gouvernement, Mariana Vieira da Silva, à l'issue de la réunion hebdomadaire de l'exécutif socialiste. L'interdiction des déplacements entre la région du grand Lisbonne et le reste du pays pendant le week-end sera maintenue, en tant que "mesure de contention du variant Delta". Les personnes munies du certificat sanitaire européen, adopté par le Portugal jeudi, ou d'un test négatif pourront néanmoins se déplacer librement. Le variant Delta, d'abord identifié en Inde, est devenu prédominant à Lisbonne et dans sa grande banlieue, provoquant un rebond des contagions au Portugal.

Israël rétablit l'obligation du port du masque dans les lieux publics fermés

Israël a annoncé vendredi rétablir l'obligation du port du masque dans les lieux publics fermés, après une hausse du nombre de cas de personnes contaminées au coronavirus, dans un pays où plus de la moitié de la population a reçu deux doses de vaccin. "A cause d'une augmentation des infections, le ministère de la Santé annonce qu'à partir de midi (09H00 GMT) aujourd'hui, les masques seront requis dans tous les lieux qui ne sont pas en plein air, à l'exception du domicile", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Il est en outre conseillé aux Israéliens de porter un masque sanitaire lors de grands rassemblements en plein air, "par exemple lors des événements liés à la marche des fiertés qui auront lieu ce week-end", a indiqué le ministère en référence à la marche organisée à Tel-Aviv vendredi après-midi, à laquelle sont attendues des milliers de personnes.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett avait prévenu mercredi que si plus de 100 nouveaux cas de coronavirus étaient quotidiennement recensés pendant une semaine, le port du masque serait de nouveau obligatoire. Depuis lundi, les autorités sanitaires enregistrent chaque jour plus de 100 nouveaux malades.

Jeudi, 227 nouveaux malades ont été identifiés par les autorités sanitaires, d'après les derniers chiffres disponibles.

L'Etat hébreu avait annoncé mercredi reporter la réouverture de son territoire aux touristes "en raison d'inquiétudes concernant la propagation possible du variant Delta".

Un demi-million d'habitants de Sydney seront confinés une semaine

Les principaux quartiers de Sydney, ville la plus peuplée d'Australie, devront observer un confinement dès vendredi minuit, en raison d'un foyer de coronavirus qui comporte désormais 65 cas de Covid-19, du variant Delta très contagieux.

Les autorités de l'État de Nouvelle-Galles du Sud, dont Sydney est la capitale, ont annoncé vendredi ce confinement des quartiers centraux et côtiers pour le soir même, alors que le cluster est lié aux premiers cas recensés près de la populaire plage de Bondi. Les résidents de ces quartiers, soit près d'un demi-million de personnes, ne pourront quitter leur domicile que pour faire des commissions, se rendre au travail si le télétravail n'est pas possible, ou pour des raisons de santé.

La France inquiète du ralentissement de la campagne vaccinale

Le ralentissement de la campagne vaccinale contre le Covid-19 commence à inquiéter le gouvernement, qui brandit la carotte et le bâton pour atteindre les objectifs qu'il a fixés, mais qui pourraient ne pas suffire à empêcher une quatrième vague épidémique.

A première vue, la France vaccine toujours à tour de bras, avec près de 700.000 injections quotidiennes. Mais la cadence n'est maintenue que par les deuxièmes doses, tandis que le nombre de primo-vaccinés fond comme neige en été: plus de 400.000 par jour début juin, à peine plus de 200.000 cette semaine.

"C'est trop peu, on a fait beaucoup mieux, on doit faire beaucoup mieux", a sermonné Jean Castex jeudi, lors d'un déplacement dans les Landes, où le variant Delta provoque un premier rebond épidémique.

Le Premier ministre n'a pu que constater que "les prises de rendez-vous pour la première vaccination sont en décélération", augurant d'un été en pente douce. Doctolib recense désormais moins de 150.000 inscriptions quotidiennes pour une première dose, contre encore plus de 250.000 début juin.

A ce rythme, la plateforme de rendez-vous médicaux prévoit qu'un peu plus de 35 millions de personnes auront été vaccinées le 15 juillet, dont 29 millions avec un "schéma complet" (une, deux ou trois doses selon les cas).

En revanche, pas de quoi compromettre, a priori, les objectifs annoncés la semaine dernière par le chef du gouvernement: 40 millions de personnes vaccinées, dont 85% des adultes atteints de "comorbidités" ou âgés de plus de 50 ans, et 35 millions de "schémas complets" d'ici fin août.