Alors que les salons de coiffure vont pouvoir rouvrir leurs portes à partir du 13 février, le secteur de l'Horeca doit se montrer encore patient. En tout cas, le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke a dit clairement que les bars et restaurants n'accueilleraient pas de clients avant le 1er mars. Un avis que partage Jan Jambon (N-VA). "On ne peut pas dire que la baisse des chiffres du coronavirus continue complètement", s'est exprimé le ministre-président flamand dans De Zevende Dag sur la VRT ce dimanche. 

Pour lui, même le 1er mars est une date "qui arrive très vite" et il a rappelé que le Comité de concertation examinerait "le redémarrage progressif" des autres secteurs lors de sa prochaine réunion. "Cela peut offrir une certaine perspective. Mais tant que ces chiffres se maintiennent au niveau actuel, ce n'est pas suffisant pour un assouplissement". 

Pour quand un assouplissement plus large? Quand les personnes à risque seront vaccinées

Jan Jambon préfère ne pas se concentrer sur une date particulière en ce qui concerne la réouverture complètes de tous les secteurs encore bloqués par la crise sanitaire. "Pour moi, le point important est de savoir quand nous aurons vacciné toutes les personnes de plus de 65 ans et toutes les personnes plus jeunes souffrant d'une maladie chronique. Ce sont les groupes qui finissent le plus facilement à l'hôpital. Une fois que cela sera sous contrôle, je pense que nous devrions pouvoir nous relâcher", a-t-il affirmé. 

"Tout le monde veut aller plus vite. Mais personne ne veut de cette troisième vague", a ajouté le ministre-président, qui ne veut absolument pas que l'on assouplisse les règles trop vite et puis qu'on soit obligé de revenir sur nos pas si la situation se détériore. "Je comprends les frustrations que cela entraîne [...] Mais devoir revenir à des contraintes plus difficiles qu'aujourd'hui, c'est la dernière chose que nous voulons".