Jean-Marc Nollet estime que des discours discordants parmi les décideurs politiques risquent de provoquer une perte d'adhésion de la population aux mesures. Avec cette sortie, il vise entre autres les propos du Mouvement Réformateur. Plusieurs membres du parti libéral, David Clarinval, Georges-Louis Bouchez ou encore Pierre-Yves Jeholet, plaidaient, en effet, il y a quelques jours pour une réévaluation des mesures à l'occasion des fêtes de fin d'année.

"Je me mets à la place du citoyen. Que doit-il retenir quand il voit un parti, qui est pourtant associé aux décisions, 48 heures après, se permettre de remettre en question les décisions auxquelles il a participé. Je suis fâché, cela ne peut plus se reproduire. On doit être unis derrière les décisions et derrière le Premier ministre", défend le coprésident Ecolo sur le plateau de la RTBF.

Selon lui, le gouvernement a donc effectivement une part de responsabilité dans le manque d'adhésion. "Bien sûr, à partir du moment où le message des décideurs n'est pas cohérent", explique-t-il, "On peut bien évidemment avoir des réflexions sur ce qu'il faudrait faire (métiers de contact, permis de conduire...) mais une fois que la décision est prise, il faut s'aligner derrière la position du Premier Ministre."

Vers des mesures plus strictes le 18 décembre ?

Interrogé sur la direction envisagée par le Comité de concertation prévu le 18 décembre prochain, Jean-Marc Nollet botte en touche: "C'est typiquement le genre de réponse que je ne devrais pas vous donner. Il faut attendre les chiffres et les rapports des experts et ensuite décider."

Il assure par ailleurs être confiant au sujet de la campagne de vaccination: "Je suis optimiste lorsque je vois la manière dont ce nouveau gouvernement prend les choses en main. Tout se met en place pour réaliser cette campagne."

Une taxe kilométrique aménagée ?

Selon le président Ecolo, la taxe kilométrique est l'une des solutions qui permettra de réduire non seulement les embouteillages mais également d'améliorer la santé publique: "En 2020, on ne peut pas accepter qu'il y ait plus de 9000 morts prématurés à cause de la pollution de l'air, qu'il y ait 10% des Belges qui soient asthmatiques à cause de celle-ci et je ne peux pas non plus accepter, lors de relevés effectués par Ecolo et Groen, il y a un an, dans 250 lieux à Bruxelles, que 90% de ces lieux dépassent les normes de l’OMS", argumente-t-il sur le plateau de la RTBF.

Il ajoute que "chaque euro investi dans la protection de la santé environnementale des citoyens, c’est cinq euros d’économisés demain dans les soins de santé."

Jean-Marc Nollet conclut cet interview en affirmant que la taxe kilométrique n’entraînera pas une crise politique. Selon lui, ce projet de taxe n'en est qu'à sa phase concertation entre les différentes régions et il est amené à être aménagé.