Le jury et la cour n'ont retenu aucune circonstance atténuante. La défense leur avait demandé de tenir compte de la jeunesse difficile de Steve Bakelmans. Ils ont plutôt suivi la réquisition du ministère public, même s'ils ont réduit la période de sûreté à 20 ans, contre 25 ans demandés.

L'usage d'une extrême violence exécutée sans aucun scrupule à l'encontre de la victime, associé au fait que Steve Bakelmans a jeté le corps dans le canal, empêchant famille et amis de faire leurs adieux dans la dignité, ont motivé la cour et le jury à se prononcer pour une peine à perpétuité. "Vous avez causé des souffrances inhumaines et irréparables", a exprimé Alexandra Van Kelst, présidente de la cour d'assises, lors de la lecture de la sentence. "Les faits renseignent un haut degré de psychopathie. Vous vous situez dans la catégorie à risque la plus élevée en ce qui concerne la violence sexuelle et la violence physique, tout en étant presque impossible à traiter, comme en témoignent les examens psychiatriques."

La présidente de la cour d'assises a également fait mention du lourd passé judiciaire de l'accusé, qui avait déjà été condamné à deux reprises pour viol. "La dernière condamnation n'a malheureusement pas permis d'assurer la protection de la société", a-t-elle déploré.

Le manque de sens moral et de remise en question de Steve Bakelmans fut également pris en compte. "Des violences sexuelles dans le passé avaient aussi eu lieu, dans et en dehors de votre relation. Plusieurs chances vous ont été offertes, tant par la justice que par le soutien psychologique de votre entourage. Mais à chaque fois, vous avez choisi de ne pas y répondre. Cela illustre votre dangerosité. Vous avez choisi de vous droguer et de vivre comme un sans-abri."

Si la jeunesse difficile de l'accusé a bien été évoquée par la cour et le jury, ces derniers ont estimé qu'elle ne représentait pas une raison valable pour être invoquée comme circonstance atténuante. "Des années de violences sexuelles et intrafamiliales, et ce dans un cadre éducatif totalement défaillant, ont sans aucun doute contribué au développement de votre personnalité", peut-on lire. "Mais ce n'est pas une circonstance atténuante, compte tenu des nombreuses opportunités et interventions de la justice que vous avez déjà reçues auparavant."

"Vous représentez un danger réel et sérieux pour la société. C'est pourquoi vous êtes condamné à la réclusion criminelle à perpétuité, d'une mise à disposition du tribunal d'application des peines de 15 ans et d'une période de sûreté de 20 ans. Vous serez également privé de vos droits à vie. Il s'agit d'une sentence très sévère, mais la porte n'est pas encore complètement fermée. Saisissez cette opportunité et faites-en quelque chose", a déclaré la présidente de la cour d'assises.

Durant toute la lecture du verdict, Steve Bakelmans s'est montré impassible et n'a exprimé aucune émotion ou réaction lorsque la sentence a été prononcée.

Enfin, la présidente de la cour d'assises Alexandra Van Kelst a également tenu à remercier le jury pour son travail et fait l'éloge des parties civiles. "Je tiens à exprimer mon respect et mon admiration pour l'attitude courageuse, sereine et digne que vous avez adoptée. Je ne vous souhaite que de la force dans la poursuite de votre processus de reconstruction", a-t-elle conclu.

Du côté de la défense, on s'est estimé "satisfait que la jeunesse horrible ait été considérée dans la justification du verdict", a réagi le maître Dimitri de Béco, pour qui c'est certain, l'accusé "ne serait pas ce qu'il est sans cela".

"Nous savions de toute façon que la sanction serait lourde. Nous avons essayé de convaincre le jury et la cour de ne pas prononcer une réclusion criminelle à perpétuité, mais peut-être que le cas de Julie Van Espen ne pouvait pas se terminer autrement" a exprimé M. de Béco, néanmoins satisfait que la période de sûreté soit de 20 ans, et non 25 comme demandé. "Cinq ans peuvent faire une grande différence dans la vie d'une personne. Je trouve que c'est un message encourageant pour mon client", a-t-il conclu.