Le niveau actuel reste donc toujours à deux. "L'OCAM suit la situation de près", a confirmé un porte-parole de l'OCAM auprès de l'agence Belga. "Sur base des nouveaux éléments disponibles dans l'enquête, il n'y a plus de menace imminente. Le niveau général de la menace en Belgique reste donc toujours au niveau deux, c'est-à-dire le niveau moyen".

Le militaire fugitif avait émis des menaces, notamment envers le virologue Marc Van Ranst, qui avait dû être placé en lieu sûr. Interrogé au sujet du niveau de sécurité concernant ce dernier, l'OCAM n'a pas souhaité entrer dans les détails du dossier. "Les évaluations ponctuelles de la menace dans ce dossier ne sont plus d'application", a-t-elle déclaré. "Les mesures ciblées seront adaptées par le centre de crise".