Après plus d'une semaine de cavale, Jürgen Conings n'a toujours pas été débusqué. Les recherches menées sur le lieu où la voiture du sympathisant d'extrême droite a été retrouvée la semaine dernière n'ont rien donné.

Comme l'explique Het Belang van Limburg ce vendredi matin, "toutes les pistes restent ouvertes, mais la zone n'est plus fouillée pour le moment".

Pourtant, 300 soldats et 150 policiers s'étaient rendus jeudi dans le quartier de Grote Homo dans le but de lancer une nouvelle recherche. Plutôt que de se diriger vers le parc national de la Haute Campine (Limbourg) comme les fois précédentes, ils s'étaient cette fois rendus vers les forêts du nord. Le but était de couvrir une superficie de 30 kilomètres carrés à travers trois zones de recherches.

Malheureusement, ils n'ont pas retrouvé le fugitif. Les forces de sécurité ont toutefois saisi quelques objets retrouvés sur les lieux sans savoir s'ils appartiennent bien au militaire de 46 ans.

L'homme, potentiellement armé et considéré comme dangereux, avait menacé Marc Van Ranst (toujours sous protection) et les politiques dans une lettre d'adieu. "Je suis prêt à mourir", avait-il encore écrit.

Retrouvez ci-dessous les dernières informations relatives à cette chasse à l'homme:

12H55 : Pour l'instant, le calme règne dans la région du Parc national des Hoge Kempen (Haute Campine), a constaté vendredi l'agence Belga. Le parquet fédéral et le gouverneur du Limbourg Jos Lantmeeters indiquent qu'aucune nouvelle opération de recherche du fugitif Jürgen Conings n'est prévue pour aujourd'hui/vendredi, mais que la situation est suivie de près.

Une nouvelle opération de recherche a eu lieu hier/jeudi dans la région du Parc national des Hoge Kempen, dans trois zones définies. Certains objets ont été saisis et seront analysés, mais il n'est pas encore certain que l'analyse aboutisse à des avancées dans l'enquête. Le parquet n'a pas donné davantage d'informations par rapport aux recherches menées jeudi. Vendredi, le parc est entièrement accessible aux visiteurs étant donné qu'aucune nouvelle opération de recherche n'est prévue dans la zone. Jürgen Conings, 46 ans, avait récemment proféré des menaces à l'encontre de plusieurs personnes, dont le virologue Marc Van Ranst. Lorsqu'il n'est pas rentré chez lui dans la nuit de lundi à mardi la semaine dernière, que des lettres d'adieu inquiétantes ont été retrouvées et qu'il est apparu qu'il avait emporté des armes lourdes, l'alerte a été donnée. Une recherche à grande échelle a été lancée pour retrouver le militaire en fuite.