Les 12,8 °C enregistrés à Uccle le 30 décembre constituent la température minimale la plus élevée enregistrée depuis le début des observations à la station de mesure bruxelloise en 1892, rapporte l’Institut Royal de Météorologie (IRM) dans son bilan mensuel, samedi. Cette température avait déjà été mesurée le 17 décembre 2015, année qui conserve le record avec 16 °C enregistrés.

Au cours du mois de décembre 2021, les températures ont varié entre le - 4,2 °C et 14,2 °C, cette dernière valeur étant la cinquième plus élevée de la période de référence (1991-2020). Il n’a gelé que 5 jours alors que la normale s’établit à 9,3 jours.

Le mois de décembre écoulé se caractérise également par un début humide. Un total de 97,6 mm de précipitations a été relevé pour une valeur normale de 87,4 mm. Avec 64,8 mm de précipitations, les dix premiers jours constituent la deuxième décade la plus humide de la période de référence après les 82,8 mm de 2007. Au total, 22 jours de précipitation ont été calculés pour une normale de 19,4 jours.

L’ensoleillement a, lui, été particulièrement faible. Le soleil n’a brillé au total que durant 29 heures et 43 minutes alors que la normale pour un mois de décembre est de 48 heures et 35 minutes.

Une année 2021 plus froide que la normale

L’année 2021 a été légèrement plus froide que la normale en Belgique, selon les observations de l’Institut Royal Météorologique (IRM) à Uccle, alors que, selon l’Organisation météorologique mondiale, 2021 terminera entre la 5e et la 7e place des années plus chaudes à l’échelle de la planète. En 2021, la température moyenne a été de 10,7°C, pour une valeur normale de 11°C. Le mois d’avril, avec 7,3°C de moyenne, est le plus froid de la période de référence actuelle (1991-2020). Il faut remonter à 1986 pour trouver une valeur inférieure. Et durant l’année, la température n’a pas dépassé 29,5°C, soit la température la plus basse de la période de référence. Il faut remonter à 1988 pour trouver une valeur inférieure. Aucune vague de chaleur n’a été enregistrée, ce qui met fin à une série de six années marquée par ce phénomène.

L’année écoulée se caractérise par une grande humidité : 2021 est la troisième année la plus humide de la période de référence. Un nouveau record a été établi au mois de juillet avec 166,5 mm de précipitations. Et si l’on cumule les trois mois d’été, un record absolu, soit depuis 1833, est battu avec 410,7 mm de précipitations. Le cumul le plus important a été mesuré le 14 juillet, l’une des journées des dramatiques inondations qui ont touché le pays.