Et pour faire face à ce nombre record de nouvelles recrues, deux périodes d'incorporation sont, pour la première fois, prévues pour les fonctions de cadre, tant pour les officiers que pour les sous-officiers. Ces périodes sont fixées en mars et août/septembre 2021.

L'armée recherche en particulier des techniciens et s'adresse ainsi à des jeunes qui n'ont pas de diplôme technique mais qui s'intéressent à la technique, qui peuvent poser leur candidature pour un poste technique vacant.

La Défense recherche également du personnel féminin et rappelle que tous les postes qu'elle propose sont ouverts tant aux hommes qu'aux femmes.

Ce nombre record de recrutements est destiné à répondre au défi que rencontrent les forces armées en termes de personnel, avec plus de quelque 10.000 personnes à recruter au cours des prochaines années pour remplacer la génération des "baby-boomers" - les personnes nées entre 1946 et 1964 -, quand elle partira à la retraite. Les effectifs totaux prévus à l'horizon 2030 sont de 25.000 équivalents temps plein, dont un millier de civils, selon la "Vision stratégique" approuvée par le gouvernement Michel 1er en juin 2016.

L'armée souhaite incorporer l'an prochain 1.250 soldats et matelots (664 néerlandophones et 586 francophones), 800 sous-officiers (447 néerlandophones, 331 francophones et 22 sans préférence linguistique) et 250 officiers (135 N, 98 F et 17 indifféremment francophones ou néerlandophones).

Une bonne partie d'entre eux seront recrutés sous le statut BDL (Beperkte Duur, Durée limitée ou "court terme") qui prévoit une carrière de huit ans pouvant être portée à douze au maximum, mais avec la possibilité de passerelle vers le statut de carrière. Ce sera le cas de tous les soldats et matelots, de 339 des 800 sous-officiers et de 55 des 250 officiers, selon un spécialiste, le lieutenant-colonel Dominiek Saelens.

La plupart des officiers (131) sont recrutés par le biais de l'Ecole royale militaire (ERM), qui dispense une formation universitaire. Mais l'armée procède aussi à des recrutements spécialisés via le cadre auxiliaire (onze pilotes et cinq contrôleurs de trafic aérien) avec un contrat d'une durée initiale de 13 ans, et de "spécialistes" recrutés sur base d'un master spécifique (médecins, informaticiens, juriste, journaliste...).

Des 420 fonctions de réservistes offertes, 176 le sont par le "recrutement classique" (dont 75 officiers), 64 s'adressent à des étudiants ayant la possibilité de suivre une formation militaire pendant les vacances d'été et 180 par le biais de "prestations volontaires d'encadrement rémunérées (PVE) de longue durée.

"La Défense recherche des jeunes qui ne reculent devant aucun effort physique, qui aiment l'aventure et qui sont prêts à prendre des risques bien réfléchis. Il s'agit de jeunes gens qui aiment vivre en groupe et en plein air, qui sont prêts à suivre un entraînement intensif et qui disposent d'une bonne condition physique, d'une bonne santé et d'un bon équilibre mental", a-t-elle expliqué.

Quant aux 150 nouveaux collaborateurs civils statutaires recherchés, ils sont répartis en 85 niveaux A, 55 niveaux B et 10 niveaux C.

Tous ces recrutements seront organisés via le SELOR (le bureau de sélection du gouvernement fédéral). Parmi les nombreux profils recherchés se trouvent par exemple l'ICT, la gestion de contrats, la gestion RH... La Défense fera également appel à EGOVSelect dans le cadre du recrutement de profils IT de niveau A. L'ambition de la Défense est de recruter une quinzaine de profils et ce principalement dans le domaine de la cyber-défense.