Après que le président du MR Georges-Louis Bouchez est allé débattre avec son homologue du Vlaams Belang (VB) Tom Van Grieken, la question du renouvellement du concept de cordon sanitaire n’a cessé de tourmenter les partis francophones. Au sein du gouvernement fédéral, elle n’a toutefois eu aucun impact. Du moins sur les négociations pour les affaires en cours, affirme David Clarinval.

Les vidéos du secrétaire d’État Thomas Dermine (PS) qui répond au Parlement aux députés VB, partagés sur les réseaux sociaux, ont bien suscité une petite polémique dans le milieu, mais "on n’en a pas parlé au sein du gouvernement", résume le vice-Premier. Le libéral estime néanmoins que "le cordon sanitaire actuel n’est pas un outil adéquat parce qu’une partie des extrémistes n’est pas concernée".

Signé à une période "où le VB était nettement moins fort qu’aujourd’hui", ce cordon doit évoluer pour y inclure le PTB, ce "parti d’extrême gauche qui a un passé aussi guerrier et dévastateur que l’extrême droite". Et de pointer que "Staline a fait autant de dégâts qu’Hitler". Observant que le PTB refuse de signer la nouvelle charte concoctée par le MR, le PS, Ecolo, Défi et Les Engagés, David Clarinval s’interroge sur l’attitude à adopter face à ce parti. "Vu le refus de discuter de ce cordon par le PTB, je ne vois pas comment certains partis vont encore pouvoir discuter de majorités potentielles avec eux."