Le système serait comparable aux interdictions de stade pour le football. Une proposition qui n'est pas neuve. Mercredi soir, une violente bagarre a à nouveau éclaté au domaine récréatif de Blaarmeersen, à Gand, qui a fait deux blessés. Les casseurs étaient venus de Bruxelles et du nord de la France.

La commune a depuis annoncé son intention de dresser une "liste noire" des fauteurs de troubles, mais ce document ne peut pas être partagé avec d'autres domaines, ce qui génère des frustrations. Les zones de loisirs se plaignent en effet depuis longtemps de leur faible marge pour agir face à des groupes venus chercher la bagarre.

En 2019, une mesure similaire dans des piscines LAGO avait suscité les critiques des experts de la protection de la vie privée, alors que les visiteurs devaient systématiquement montrer leur carte d'identité en entrant.

"Je trouve la formulation 'liste noire' vilaine, mais nous demandons depuis un certain temps une liste de fauteurs de troubles dont nous pouvons interdire l'entrée", a déclaré M. De Haes. "Dans la province d'Anvers, il y a régulièrement des affrontements au domaine De Nekker à Malines, probablement en raison du contexte urbain et de l'accessibilité via les transports publics. Je n'ai pas reçu de signaux dans ce sens ces dernières semaines, mais nous prenons beaucoup de mesures préventives."

Avec la crise du coronavirus, les visiteurs du domaine De Nekker doivent réserver pour limiter leur nombre. "Nous allons maintenir ce système même après l'arrêt des mesures anti-coronavirus", prévient M. De Haes. "Ce n'est pas obligatoire, mais les gens sont ainsi sûrs de pouvoir entrer. Cela permet en outre de mieux les répartir, ce qui réduit les risques de tensions. Nous demandons également de se munir d'une carte d'identité. Six agents de sécurité surveillent le site et feront sortir toute personne qui vient créer des troubles. Si nécessaire, nous appellerons la police."

Le bourgmestre de Gand, Mathias De Clercq (Open Vld), a pour sa part annoncé examiner comment renforcer le système des réservations à Blaarmeersen et augmenter les tarifs pour les visiteurs qui ne viennent pas de Flandre orientale. "Nous autoriserons un maximum de 20% de non-locaux sur la plage. Ces derniers devront réserver au moins un jour à l'avance", a-t-il prévenu.

Les visiteurs en provenance de l'extérieur de la province devront désormais payer 5 euros pour une réservation, contre un euro auparavant. Le terrain sera également mieux sécurisé. Des caméras supplémentaires seront placées et la clôture sera renforcée.