Belgique Le président du PS, affaibli il y a quelques mois, n’est pas apparu si puissant depuis longtemps. Il est le grand favori pour le poste de ministre-Président wallon.

Elio Di Rupo a essuyé bien des critiques et traversé quantité de tempêtes. En vrac: le difficile retour du 16 rue de la Loi au boulevard de l’Empereur, de vieilles accusations diffamatoires et mensongères, les affaires Publifin ou du Samusocial, et celles de la Carolo avant elles, ou encore le débranchage de prise de Benoît Lutgen, etc. Autant de séquences qui auraient eu raison de personnalités dotées d’une moindre résilience et d’un sens politique moins aiguisé. Certains l’imaginaient se diriger tranquillement vers la sortie, pour laisser la place à son dauphin, Paul Magnette. Tel un phénix, il vient à nouveau de renaître de ses cendres. Cela ne fera pas les affaires de tous au PS où Paul Magnette est largement soutenu par la jeune garde et trépigne.

(...)