"La note de l'informateur Paul Magnette ne lie personne", a souligné lundi le vice-Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), en prélude d'un bureau de son parti. Selon le libéral flamand, la solution en vue de la formation d'un gouvernement se doit d'être "stable et réalisable", ce qui nécessite "encore du travail".

Cet après-midi, Paul Magnette rencontrera le Roi pour lui remettre son troisième rapport depuis sa nomination en tant qu'informateur.

Ces dernières semaines, le socialiste francophone a semblé tester l'option d'une coalition arc-en-ciel, alliant les familles libérales, socialistes et écologistes. Un tel attelage disposerait d'une courte majorité de 76 sièges sur 150 à la Chambre.

"Nous sommes toujours disponibles pour trouver une solution, mais celle-ci doit être stable et réalisable, ce qui nécessite encore du travail", a martelé M. De Croo.

Le chef de groupe Open Vld à la Chambre, Egbert Lachaert, a quant à lui précisé qu'aucune des options actuellement sur la table ne semblait tout à fait "mûre". La note de Paul Magnette constitue, à ses yeux, une base insuffisante pour poursuivre des négociations.

Mathias De Clercq, le bourgmestre de Gand, a lui souligné que son parti ne devait pas courir après la N-VA, tandis que son collègue Bart Tommelein a insisté sur le fait que les discussions sont bien plus qu'une "histoire en noir et blanc".

Réunis en bureau, les libéraux flamands se sont penchés une nouvelle fois sur la situation ce matin. Le travail de l'informateur Paul Magnette ne peut pas être jeté aux orties mais est encore insuffisant, jugent-ils. Les libéraux flamands se disent toujours prêts à dialoguer et continueront à défendre leurs convictions. "L'Open Vld se prononce encore et toujours en faveur de solutions réalisables, en compagnie de notre parti frère, le MR. Nous apprécions le travail de l'informateur. Avec le MR, nous sommes d'avis que le travail ne peut pas être jeté par-dessus bord mais, selon notre appréciation libérale, il est encore insuffisant. Nous restons prêts à dialoguer et nous continuerons à défendre nos convictions", dit un communiqué.