Notre sondage exclusif Tell-me-More/DH montre clairement que le futur Premier ministre ne fait pas l'unanimité

BRUXELLES 1.000 personnes ont été interrogées aux quatre coins du pays les 19 et 20 juillet.

Impossible donc de connaître l'impact des déclarations d'Yves Leterme sur l'opinion publique. Mais les chiffres obtenus sont éloquents et démontrent clairement le fossé qui existe dans notre pays entre le nord et le sud, dès que l'on parle de politique ou de la famille royale.

La première question portait sur le futur gouvernement Leterme et le danger qu'il pourrait faire courir à l'unité de la Belgique. Un quart des personnes sondées pensent que ce gouvernement peut représenter un danger. Deux tiers pensent le contraire. Mais, quand on entre dans l'enquête, force est de reconnaître que le Nord et le Sud ne parlent pas d'une même voix. Le gouvernement Leterme Ier n'est pas sans inquiéter les francophones et les Bruxellois.

Quant à la deuxième question, sur le danger que font peser les revendications nationalistes flamandes pour notre monarchie, le constat est limpide. Au niveau national, une majorité se dégage déjà pour affirmer que le danger est réel. Du côté francophone, c'est le déluge. De 67 à 82 % pensent que ces revendications sont dangereuses pour la monarchie.

Les enfants royaux...

Le prince Philippe est-il assez mûr pour succéder à son père ? La réponse nationale est négative. Mais une fois de plus, c'est du côté francophone que les cotes sont les meilleures.

Quant à la question sur les incessantes attaques contre le prince Laurent, elles indiffèrent largement les Belges, mais, cette fois encore, c'est dans le sud que la famille royale trouve le plus de défenseurs.



© La Dernière Heure 2007