Les entités du pays devaient arriver ensemble à une part de 13% mais la Flandre a déjà fait savoir qu'elle n'honorerait pas sa part du contrat. La facture pourrait s'élever à des dizaines de millions d'euros. La part d'énergie renouvelable dans la production d'énergie plafonne à 11,68%. Le déficit le plus important est au nord du pays, avec 1.800 GWh qui manquent, contre 1.550 GWh pour le fédéral et 150 GWh pour Bruxelles, tandis que la Wallonie présente un excédent de 1.465 GWh.

La différence doit être "achetée" en statistiques dans les autres pays européens qui produisent suffisamment d'énergie renouvelable. Pour le fédéral, le coût pourrait représenter 31 millions d'euros. La Flandre a décidé en octobre d'acheter 22,5 millions d'euros d'excédent au Danemark.

La précédente ministre de l'Energie, Marie-Christine Marghem, espérait au début de cette année que l'objectif puisse encore être atteint, notamment par l'achèvement de parc éoliens.

"L'héritage du gouvernement précédent nous coûte cher. Par une politique énergétique sans grande conviction et une insécurité permanente, on n'a pas assez investi dans la production d'électricité verte. Je mets fin maintenant à cette indécision. La vue à court terme, c'est ce qui nous a mis dans cette situation, la vision et l'expertise nous remettront sur la voie. La direction est claire maintenant, ce qui signifie un soulagement pour les investisseurs en énergie verte. Enfin, il y a de la certitude", a souligné la ministre.

Le gouvernement entend surtout investir dans l'éolien en mer -de compétence fédérale- afin d'augmenter les pourcentages rapidement.

Mme Marghem a défendu sa politique. Les nouvelles éoliennes en Mer du nord seront le fruit des investissements des années passées, a-t-elle fait remarquer, et devraient permettre d'atteindre les objectifs à partir de 2021. L'ex-ministre a pointé du doigt la responsabilité de la Flandre et de sa trop faible proportion d'énergie renouvelable au regard de sa consommation.

La N-VA, au pouvoir au nord du pays, ne voit quant à elle guère de différence entre la politique de la ministre écologiste et celle du gouvernement précédent. "La différence que je vois, c'est que vous dites clairement que vous confirmez la sortie du nucléaire. Cela veut dire que vous faites aussi le choix d'acheter une enchère importante dans le mécanisme (de rémunération) de capacité", a indiqué le député Bert Wollants.