Le document, intitulé "Surveillance de la mortalité (toutes causes confondues)", est daté du 2 novembre et détaille les chiffres du nombre total de décès en Belgique jusqu'au 28 octobre. Bien que provisoires, ces données illustrent déjà que la Belgique est à nouveau dans une période de mortalité anormale.

Sciensano constate ainsi le "début d'une surmortalité en Belgique, observée principalement en Wallonie et à Bruxelles". Et tire la sonnette d'alarme pour les prochains jours. "Il faut s'attendre à une augmentation du nombre journalier de décès toutes causes confondues."

Le nombre de décès commence à sortir de la "norme" depuis la semaine du 19 au 25 octobre, où 2.570 décès "toutes causes confondues" sont recensés, pour une moyenne de 2.026 lors des années précédentes.

Sciensano y voit une "surmortalité significative de 544 décès supplémentaires en Belgique". Cela correspond à une surmortalité de 26,8%, pour la semaine en question. Mais il faut garder à l'esprit que le nombre total de décès risque d'être revu à la hausse, vu les délais de notification vers le Registre national.

"Nous savons qu'il y a plus de 300 décès par semaine au même moment qui sont liés au covid. Il est toujours difficile d'interpréter ce genre de chiffres et de les mettre en perspective, surtout dans l'immédiat, mais on peut certainement considérer qu'une majeure partie de la surmortalité est liée actuellement à l'infection covid, a réagi Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, lors du point presse du jour du Centre de crise.