Contrairement à la CGSP socialiste, la CSC ne prévoit pour l'instant aucune action sur le terrain. La société ferroviaire a confirmé qu'elle fermera les guichets dans 44 gares et réduira les heures d'ouverture dans 37 autres gares. Lundi, une concertation a eu lieu avec les syndicats, qui ne sont pas satisfaits du plan. La SNCB s'est à nouveau tenue à sa décision.

La CGSP a annoncé des arrêts de travail le mercredi 3 mars, de 10h à 15h, pour informer le personnel sur les plans mais aussi pour exprimer son mécontentement.

La CSC Transcom ne participera pas à cette action, mais a - tout comme le SLFP libéral - prévu une rencontre avec le ministre. Le syndicat veut réfléchir à la mise en place d'un nouveau contrat de service public avec la SNCB. Il devra inclure un moratoire sur la fermeture des guichets, selon lui.