Suite à la chute d'une jeune étudiante qui participait à un souper de kot, l'UCLouvain a immédiatement décidé de suspendre l'ensemble des activités liées à l'animation étudiante sur tous ses sites jusqu'à nouvel ordre. Une décision que le Groupement des cercles louvanistes approuve pleinement, et à laquelle il a participé au cours d'une réunion qui s'est tenue ce mercredi matin. "C'était une décision collégiale", détaille Maxime Conrotte, président du Groupement. "La décision nous semble cohérente et appropriée vu la gravité des événements."

Sur sa page Facebook, le "grand frère des cercles étudiants de Louvain-la-Neuve" a d'ailleurs publié un message invitant tous les étudiants à respecter cette décision. "Ce n'est qu'en travaillant ensemble et en faisant preuve de solidarité durant cette période difficile que nous pourrons retrouver certaines libertés", peut-on lire. "On est vraiment préoccupé par ce qu'il s'est passé", ajoute Maxime Conrotte à LaLibre.be. "On a tenu à clarifier la situation sur les réseaux sociaux car ça nous semblait important aussi de rassurer la communauté étudiante et de leur montrer qu'on prenait ce problème au sérieux. On espère que cette étudiante se rétablira vite et pourra vite retourner en cours. "

Si l'état de la jeune étudiante semblait très grave mardi soir, il s'est "légèrement stabilisé" ce mercredi matin, selon la porte-parole du parquet de Nivelles.

Les baptêmes pointés du doigt

Très rapidement, cet incident a en tout cas donné du grain à moudre aux détracteurs des baptêmes. Certains internautes n'ont d'ailleurs pas hésité à réclamer leur interdiction pure et simple. "Il ne faut pas confondre ni faire de raccourci", poursuit l'étudiant-président, qui rappelle que l'accident est survenu au sein d'un kot privé qui se trouvait à l'étage du cercle Adèle (Faculté de droit et de criminologie), et non lors d'une activité de baptême. "Toutes les personnes qui font des amalgames, on les invite à nous rencontrer, afin qu'elles puissent se rendre compte de ce qu'est un baptême et de toutes les choses qui ont été mises en place pour que cela se passe bien."

Pour rappel, une information judiciaire est actuellement menée par le parquet de Nivelles, qui privilégie la thèse de l'accident. Une enquête interne a également été ouverte par l'UCLouvain afin de clarifier les circonstances de cette chute. En attendant, l'Université a déjà décidé de fermer le cercle Adèle, dont l'étudiante fait partie, jusqu'à nouvel ordre.