Les présidents des sept partis de la future coalition Vivaldi se sont réunis ce jeudi après-midi par vidéoconférence. Ils ont trouvé un consensus sur la façon dont la question de la confiance au gouvernement de Sophie Wilmès sera réglée et sur le rapport au Roi que feront vendredi en fin de matinée les préformateurs, a-t-on appris jeudi dans l'entourage des négociateurs.

Le 17 mars, l'équipe minoritaire de Sophie Wilmès avait reçu la confiance de neuf partis au parlement (toutes les formations politiques belges sauf la N-VA, le Vlaams Belang et le PTB). La Première ministre s'était engagée à redemander la confiance dans les six mois qui suivraient, soit le 17 septembre. Mais la contamination au coronavirus du préformateur Egbert Lachaert a compromis le respect de cette date butoir. En effet, les négociateurs ne sont plus autorisés à se réunir physiquement avant le 18 septembre.

Les présidents des partis Vivaldi ont dès lors convenu que Sophie Wilmès ne demanderait la confiance que le 1er octobre, soit deux semaines plus tard que prévu. Les préformateurs Egbert Lachaert et Conner Rousseau poursuivront quant à eux leurs discussions jusqu'au 21 septembre. 

Le consensus doit encore être validé par le Roi, ce qui devrait être chose faite vendredi lors d'une visite virtuelle des préformateurs au palais.

Ce jeudi, la N-VA avait pourtant demandé à Sophie Wilmès de respecter ses engagements et de mettre en place un nouveau vote de confiance. Ce ne sera pas le cas...