"La neutralité de l'État est intangible. Le respect des personnes doit rester de mise. Ainsi, le combat est contre le communautarisme, pas contre des individus; pour un réel vivre ensemble", a-t-il ajouté sur Twitter.

Mme Haouach a annoncé sa démission quelques heures plus tôt, invoquant les "attaques personnelles incessantes" et le cyberharcèlement dont elle affirme faire l'objet.

Sa nomination à l'IEFH par la secrétaire d'État à l'Égalité des chances, Sarah Schlitz (Ecolo), avait précisément été contestée par le MR, dont le président avait déclaré que "la désignation d'une femme portant un signe convictionnel comme commissaire du gouvernement de l'institut de l'égalité des femmes et des hommes est totalement contraire au principe de neutralité de l'Etat".

Mme Haouach avait été rappelée à l'ordre jeudi à la Chambre par le Premier ministre Alexander De Croo, après des propos sur la séparation entre l'Église et l'Etat qui avaient fait polémique.