Va-t-on vers un assouplissement des règles en vigueur en matière du port du masque dans les écoles ? Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles a en tout cas affirmé lundi qu’il était “ouvert au débat” sur ce sujet. Pour la ministre Désir, il n'y a en revanche pas lieu de modifier la ligne de conduite actuelle

“Des experts ont exprimé l’avis selon lequel il serait peut-être utile de ne plus obliger le port du masque dans la cour de récréation, voire même dans les classes” a ainsi indiqué Pierre-Yves Jeholet.

Le ministre-président a par ailleurs rappelé que si les écoles avaient pu rouvrir, c’était uniquement à certaines conditions imposées par les experts, à commencer par le port du masque pour les élèves de plus de douze ans et pour l’ensemble des équipes éducatives. “Si nous avons pu passer en code jaune dans l’enseignement obligatoire, c’est-à-dire un retour des enfants 5 jours par semaine, c’est grâce à certaines contraintes. Notamment le port du masque.”

Pourtant, l’évolution récente de l’épidémie dans notre pays et au-delà de nos frontières laisse penser que la fin de l’obligation du port du masque dans les écoles n’est pas exactement à l’ordre du jour.

Du côté du cabinet de la ministre de l’Éducation Caroline Désir, on nous dit en tout cas que la position officielle sur le sujet n’a pas changé.

“La position de la ministre est toujours la même. Yves Van Laethem (NDLR le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19) nous a d’ailleurs indiqué qu’il valait mieux ne pas abandonner le masque dans les écoles pour le moment”, indique le porte-parole de la ministre.

Dans les éditions Sudpresse, Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le covid indiquait qu'il valait mieux ne pas abandonner le masque dans les écoles pour le moment. Il a par ailleurs déclaré que le passage en code orange de certaines écoles n’est d’ailleurs pas à exclure si le nombre de contaminations continuait à monter. “Dans certaines parties du pays, il est possible que l’on passe à un code orange dans une huitaine ou une quinzaine de jours si les chiffres augmentent à la vitesse actuelle.”, a-t-il déclaré.