Des e-mails envoyés par des officiers de sécurité de quartiers militaires belges au personnel de ces bases et casernes les mettent en garde contre des menaces d’attentats. Vraisemblablement transmis cette semaine, ces courriels font notamment référence aux attaques de Paris et de Londres d’il y a quelques mois.

Problème : peu de militaires seraient conscients de ces menaces. Alors que ces e-mails mentionnent, entre autres, "de rester vigilant dans les endroits publics", "de communiquer tout événement suspect ou incident directement à votre officier de sécurité" et, surtout, déconseillent le port de l’uniforme militaire hors des quartiers.

Des conseils somme toute généraux mais qui font s’insurger le secrétaire permanent CGSP-Défense, Patrick Descy : "J’ai eu confirmation que le niveau d’alerte a été augmenté. Ces informations viennent clairement du service de renseignements de l’armée, ce n’est pas un petit groupe d’officiers de sécurité qui s’est rassemblé pour envoyer un e-mail" et de regretter que cette information n’ait pas été transmise par les canaux ordinaires, de façon que tous les militaires soient au fait de la situation.

M. Descy va plus loin : "Les officiers de sécurité prennent leurs responsabilités, le cabinet du ministre De Crem pas. Je trouve qu’il est anormal de constater une telle déficience en communication de la part du cabinet De Crem, alors qu’il existe des canaux prévus à cet effet. Par exemple, le Flash Direct."

Le Flash Direct qui permet de transmettre rapidement et de façon généralisée, en interne, une information. Le syndicaliste mentionne ainsi que, lors de la nomination du nouveau Chief of Defence (CHOD), le général aviateur Van Caelenberge, un Flash Direct avait été envoyé "mais ce n’est pas le cas lorsque le personnel est menacé", réagit M. Descy. Il ajoute : "Dès que Flahaut prenait une décision, un Flash Direct était envoyé. Il faut qu’il communique !"

Au cabinet du ministre de la Défense, on répond autrement : "Le Flash Direct est émis par le biais du service interne de communication de la Défense" et l’on réagit aux menaces en rappelant que "cela fait des années que l’on déconseille de sortir du quartier en uniforme", bref, que de l’avis du porte-parole du ministre, cela "ne sert à rien de causer des inquiétudes" et que les services de sécurité connaissent leur travail.

Au moment d’écrire ces lignes, le service presse de la Défense n’avait pas encore pu réagir à nos questions. Selon RTL-TVi cependant, qui relayait l’information hier soir, il semble que la Défense prenne "ses distances avec ces messages, mais confirme la mesure de prudence qui consiste à ne pas trop s’exposer en uniforme".