Conséquence inattendue de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, les frites belges seront victimes de la pénurie d'huile de tournesol produites dans le pays d'ici trois semaines, a averti le ministre des PME et des Indépendants David Clarinval, mardi lors de la conférence de presse de présentation de mesures de soutien visant à lutter contre l'augmentation des prix de l'Énergie. Le secteur du fer devrait également être largement touché. Afin d'aider les entreprises, le système de chômage temporaire pour cause de force majeure, qui existait déjà pour la crise du coronavirus, sera prolongé jusqu'au 30 juin (coût estimé : 25,3 millions d'euros). "Nous accédons à cette demande des partenaires sociaux", a indiqué le ministre de l'Économie Pierre-Yves Dermagne. Celui-ci reste en contact avec Energia (ex-Fédération pétrolière belge), qui n'a pas mis sa menace de fermer les stations-services à exécution.

En outre, le gouvernement demande à la Banque Nationale d'analyser l'impact de cette situation sur les différents secteurs de manière plus approfondie. À la lumière de cette analyse, le gouvernement évaluera, en concertation avec les partenaires sociaux, les mesures politiques qui peuvent être envisagées, notamment concernant la facture énergétique.