Belgique

Le transfert de Patricia Potigny vers les Listes Destexhe n’est pas sans conséquences pour la majorité wallonne. Ce ralliement signe la fin d’une majorité qui ne tenait qu’à un siège au Parlement. Elle impose par ailleurs une recomposition des commissions en vertu du principe de proportionnalité.

Le bureau élargi du parlement wallon a ainsi décidé hier de suspendre jusqu’à jeudi les commissions prévues. Leur composition a été revue, avec désormais 5 élus PS, 3 MR et 2 CDH.

La plénière, elle, devrait bien avoir lieu mercredi après-midi. Le vote de la réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE), à l’agenda de mercredi, est a priori, maintenu. Mais son adoption, considérée comme pratiquement acquise la semaine dernière, est remise en cause par le revirement de Patricia Potigny.

Face à cette situation inédite le chef de groupe CDH Dimitri Fourny a assuré dans l'après-midi: " Nous sommes ouverts à toute discussion ". Ce à quoi il ajoute: " Il appartient désormais à chaque parti de se positionner et d’assumer ses responsabilités sur des dossiers importants pour le citoyen, tel que celui de l’assurance autonomie ", a-t-il ajouté en soulignant que le gouvernement "reste en place". " Aucune motion de méfiance constructive n’a été déposée et ça n’a pas de sens que le gouvernement demande la confiance au parlement ", a poursuivi Dimitri Fourny, soutenu sur ce point par le chef de file MR, Jean-Paul Wahl, selon qui le gouvernement actuel "restera de plein exercice" jusqu’aux prochaines élections.

"Il y a un travail d’initiative parlementaire que nous sommes prêts à voir se poursuivre", a assuré Pierre-Yves Dermagne, le chef de groupe socialiste. " Nous sommes prêts à nous mettre autour de la table pour discuter et soutenir certains textes ", a-t-il ajouté en rappelant que jamais le PS ne fera l’appoint pour la réforme des APE ou l’assurance autonomie, deux des gros projets que la coalition MR-CDH espère faire adopter avant la fin de la législature.

Ce n'est que dans la soirée qu'Alain Destexhe a proposé une rencontre avec le gouvernement wallon pour éventuellement débloquer la situtation, notamment sur les APE.